Balade à Cape Town

11 octobre 2017 Category :news Off

Ah, les voyages. C’est presque ma raison d’être, d’une certaine manière. Il y a encore peu, j’ai réalisé un voyage de groupe qui m’a donné l’occasion de découvrir Le Cap. Mais des amis qui n’ont pas ma passion du voyage n’ont pas manqué de me demander comment je pouvais continuer à voyager alors qu’il y a de nos jours des attentats partout. J’ai eu du mal à leur livrer une réponse cohérente sur le moment, tant leur idée m’a frappé. Ce que nous indiquent ces attentats, en vérité, c’est qu’il n’y a plus aucune sécurité totale nulle part, de nos jours. Que ce soit au Moyen-Orient ou dans le Sud de la France, il n’est plus possible de se penser parfaitement à l’abri de tels risques. Néanmoins, il y a deux manières de se comporter face à cela. Soit l’on choisit de ne plus voyager du tout, soit l’on se force à faire comme avant. La première alternative me paraît déraisonnable. Je n’ai jamais compris, par exemple, pourquoi le tourisme baissait pour une destination touchée par les attentats. Evidemment, si des attentats y surviennent régulièrement, c’est une destination à éviter. Je n’irais pas à Kaboul, par exemple. Mais choisir d’éviter Paris parce qu’il y a eu les attentats de 2015 est vraiment stupide, à mes yeux. Parce que les chances d’être victime d’un attentat sont infinitésimales. Plusieurs millions de personnes visitent Paris chaque année, et les attentats n’ont fait au final que 128 morts. Attention, je ne minimise en rien ce drame : j’indique simplement qu’en comparaison du nombre de gens qui y viennent chaque année, il faut garder son sang-froid. Mais par dessus tout, se résoudre à ne plus voyager du fait des risques d’attentat me semble être une forme de capitulation ; c’est modeler son comportement conformément au désir des terroristes : en étant tétanisé par l’inquiétude. D’une certaine manière, c’est comme si, du fait du risque des MST, l’on cessait toute activité sexuelle ! Une prudence qui conduirait à l’extinction de notre espèce ! Sinon, je ne regrette pas ce voyage de groupe. Si vous ne connaissez pas bien, je vous mets en lien l’agence qui l’a planifié. Plus d’information sur cette expérience de voyage groupe à Cape Town en cliquant sur le site de l’organisateur.

Les systèmes de protection sociale en Europe

6 octobre 2017 Category :news Off

Les systèmes de protection sociale diffèrent à travers l’Europe. Les Vingt-sept présentent des systèmes de protection sociale très variés, sur le plan des préférences politiques comme sur celui des budgets. En 2015, les dépenses publiques ont été consacrées à hauteur de 40 % à la protection sociale dans l’UE, soit près d’un cinquième du PIB. Huit États membres – la Finlande, la France, le Danemark, l’Autriche, l’Italie, la Suède, la Grèce et la Belgique – consacraient au moins 20 % de leur PIB à la protection sociale. Les modes de fonctionnement des systèmes de protection sociale reflètent les différentes traditions héritées du siècle dernier. Inventés en Europe à la fin du XIXe siècle, ces systèmes visaient dans un premier temps à relever les défis de l’ère industrielle (voir annexe 1). La plupart d’entre eux se sont développés après la Seconde Guerre mondiale, tandis que d’autres n’ont pris pleinement leur essor que dans les années 80 et 90. Parmi les différences, la taille du budget et la manière dont il est alloué, la source de financement, le degré de couverture des risques au sein de la population et le rôle des partenaires sociaux sont des paramètres essentiels. Les systèmes de protection sociale – combinés à la fiscalité – contribuent à réduire les inégalités de revenus. Aujourd’hui, l’Europe abrite les sociétés les plus égalitaires au monde, bien que des disparités considérables subsistent. En moyenne, les 20 % de ménages les plus riches ont des revenus cinq fois supérieurs à ceux des 20 % les plus pauvres. Selon cette mesure, les inégalités de revenus les plus marquées sont observées en Roumanie, en Lituanie, en Bulgarie, en Lettonie, à Chypre, en Estonie et en Italie. Il existe également d’importantes inégalités de revenus entre les régions au sein des États membres. La crise a eu des conséquences importantes pour de nombreux Européens, qui ont vu leurs revenus stagner ou diminuer. Certes, le revenu disponible réel – en d’autres termes, le revenu dont disposent les ménages après impôts – est de nouveau en hausse ces derniers temps, mais son niveau est, pour l’essentiel, identique à celui de 2008. Enfin, même dans nos sociétés prospères, le risque de pauvreté reste élevé. Selon les estimations, près d’un quart de la population de l’Union des Vingtsept est menacé de pauvreté ou d’exclusion sociale. La pauvreté des enfants demeure également élevée et est en augmentation dans plusieurs États membres. Cela signifie que les enfants concernés ont un accès limité aux soins de santé, qu’ils courent un risque plus élevé de décrochage scolaire et que, plus tard, en tant qu’adultes, ils seront exposés à un risque accru de chômage et de pauvreté. En 2010, les dirigeants de l’UE s’étaient dits déterminés à réduire le nombre de personnes menacées de pauvreté de 20 millions d’ici à 2020. Pourtant, aujourd’hui, l’Europe est loin d’être sur la bonne voie pour atteindre cet objectif. Jusqu’à présent, le nombre de personnes menacées de pauvreté a augmenté de 1,7 million.

Les structures de web sécurité en Europe

30 août 2017 Category :business Off

Au sein de la Direction A (Audiovisuel, Media, Internet), l’Unité A3 (Internet, Sécurité de l’information et des réseaux) pilote les travaux sur les enjeux de sécurité (e.g. étude ARECI sur la résilience des infrastructures de communication publiques36), prépare des communications (COM2006/251 : stratégie pour une société de l’information sûre, COM 2009/149 : protection des infrastructures d’information critiques …), assure le suivi de certains thèmes (signature électronique et sa directive 1999/93) et suit particulièrement les activités de l’agence ENISA. La direction B (Politiques de communication électronique, notamment l’Unité B1 : Développement des politiques) est en charge du cadre légal du marché des communications électroniques (Unités B2 & B3 : mise en oeuvre des cadres réglementaires ; voir ci-après « 5.1.1 Paquet télécom ») et de la politique de gestion du spectre de fréquence (Unité B4). La direction F (Technologies et infrastructures émergentes) comprend l’Unité F5 (Confiance et sécurité) qui supervise la composante sécurité du volet « technologies de la société de l’information » du Programme Cadre de R&D (voir ci-après « 5.2 Programme Cadre de Rechercher et développement »). Elle inclut aussi les Unités F1 & F2 qui traitent des technologies émergentes et futures et l’Unité F4 en charge des nouvelles infrastructures (par exemple le réseau mondial GEANT entre universités et centres de recherche), tous thèmes porteurs de nouveaux défis en matière de sécurité. Enfin la direction H (Enjeux sociétaux liés aux technologies de l’information et de la communication) inclut notamment l’Unité H2 (Technologies de l’information pour le gouvernement et les services publics) en charge des questions d’administration électronique (voir ci-après « 5.8 Administration électronique »). Bien sur, des questions de sécurité interviennent aussi dans de nombreux sujets traités par d’autres Unités de la DG INFSO, telles que D4 (Entreprises en réseaux et RFID), G3 (Systèmes enfouis et contrôles), G4 (TIC pour les transports), H1 (Télémédecine), etc. Lire le reste sur le site de l’agence seo.

L’alimentation est importante… enfin…

25 juillet 2017 Category :Uncategorized Off

Le président de la République Emmanuel Macron ne clôturera pas, contrairement à ce qui était prévu, la première journée des Etats généraux de l’alimentation à Bercy, a indiqué l’Elysée jeudi. « Il n’y a pas de sujet vis-à-vis du monde agricole mais un ajustement de l’agenda pour un déplacement qui risque de se prolonger à Istres », a indiqué l’Elysée à l’AFP. Emmanuel Macron se rend jeudi matin sur la base aérienne 125 d’Istres, l’un des maillons de la dissuasion nucléaire, pour une adresse aux militaires très attendue, 24 heures après la démission fracassante du chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers. « En octobre, le président aura l’occasion d’intervenir devant les Etats généraux pour leur conclusion », a ajouté l’Elysée, en rappelant que le premier déplacement présidentiel d’Emmanuel Macron, dans la Vienne, avait été consacré aux questions agricoles. Les Etats généraux se sont ouverts jeudi matin dans des locaux du ministère de l’Economie à Bercy à Paris, avec le Premier ministre Edouard Philippe qui a célébré la « relation ancestrale » des Français à leur agriculture, et la place de la « puissance agricole » française dans le monde, malgré la crise actuelle conjoncturelle et structurelle. La présidente du principal syndicat agricole FNSEA Christiane Lambert ne s’est pas formalisée de l’absence du chef de l’Etat: « Ce n’est pas grave du tout. Je préfère qu’il parle en septembre-octobre quand nous aurons commencé à travailler. Efficacité d’abord! » a-t-elle dit à l’AFP. Le discours de clôture de la première journée des Etats généraux sera prononcé par le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert.

Un vent de laïcité sur l’islam

21 juin 2017 Category :news Off

Durant la colonisation et tout au long de la Guerre froide, les puissances impérialistes ont utilisé les religions pour étouffer toute contestation de leur domination. Ainsi, la France, qui adopta en 1905 une importante loi sur la laïcité de ses institutions, décida immédiatement de ne pas l’appliquer dans les territoires colonisés. On sait aujourd’hui que les printemps arabes étaient une initiative britannique pour placer les Frères musulmans au pouvoir et ainsi affermir la domination anglo-saxonne sur le « Moyen-Orient élargi ». Depuis 16 ans, les Occidentaux accusent à juste titre les musulmans de ne pas faire le ménage chez eux et d’y tolérer des terroristes. Cependant il est aujourd’hui évident que ces terroristes sont soutenus par ces mêmes Occidentaux pour asservir les musulmans au moyen de l’« islam politique ». Londres, Washington et Paris ne s’inquiètent du terrorisme que lorsqu’il déborde du « Moyen-Orient élargi » et jamais ils ne critiquent l’« islam politique », tout au moins chez les sunnites. En prononçant son discours de Riyad, le 21 mai 2017, le président Trump entendait mettre fin au terrorisme qui consume la région et s’étend désormais à l’Occident. Les mots qu’il a prononcés ont fait l’effet d’un électrochoc. Son allocution a été interprétée comme une autorisation d’en finir avec ce système. Ce qui paraissait impensable durant les derniers siècles s’est soudain cristallisé. En acceptant de cesser tout contact avec les Frères musulmans, l’Arabie saoudite s’est déchaînée contre ceux qui poursuivent la collaboration avec les Britanniques, et particulièrement contre le Qatar. Riyad a donné le signal d’une curée qui charrie avec elle beaucoup de frustrations. Par esprit de vengeance bédouine, les relations diplomatiques ont été interrompues, et un blocus économique a été organisé contre la population qatarie ; tandis qu’aux Émirats une peine de 15 ans de prison était instituée pour tout individu qui manifesterait simplement de la compassion pour les habitants du Qatar honni. Un gigantesque déplacement des forces et des alliances a débuté. Si ce mouvement se poursuit, la région va s’organiser autour d’un nouveau clivage. La question de la lutte contre l’impérialisme va s’effacer devant celle de la lutte contre le cléricalisme. Les Européens ont vécu ce clivage durant quatre cent ans, du XVIe au XIXe siècle, mais pas les États-uniens car leur pays a été fondé par la secte des Puritains, qui fuyait ce clivage. La lutte contre le christianisme politique était d’abord un combat contre la prétention du clergé de l’Église catholique de gouverner ses fidèles jusque dans leur chambre à coucher. Elle ne s’est achevée qu’avec Paul VI, qui abandonna la tiare pontificale. Cette triple couronne était censée symboliser que le pape était au-dessus des rois et des empereurs. Comme le christianisme originel qui n’avait pas de prêtres (ceux-ci ne sont arrivés qu’au IIIème siècle), l’islam originel et le sunnisme actuel n’en ont pas. Seul le chiisme s’est structuré comme le catholicisme et l’orthodoxie. De fait, aujourd’hui l’islam politique est incarné par les Frères musulmans et le gouvernement de cheikh Rohani (le titre de cheikh indique que le président Rohani est membre du clergé chiite). Actuellement une alliance cléricale est en cours de formation, avec l’aide du Royaume-Uni. Elle pourrait constituer un bloc comprenant l’Iran, le Qatar, la Turquie, Idleb au Nord-Ouest de la Syrie, et Gaza. Cet ensemble deviendrait le protecteur des Frères musulmans et par conséquent le défenseur de l’usage du terrorisme. En deux semaines la presse arabe, qui jusqu’ici considérait favorablement les Frères musulmans comme une puissante société secrète et le jihadisme comme un engagement légitime, s’est soudain retournée. Partout, chacun y va de sa dénonciation de la prétention des Frères musulmans à régenter la vie des gens et de la folie cruelle du jihadisme. Ce flot de commentaires, les siècles de frustrations qu’ils expriment, leur violence, rend tout retour en arrière impossible ; ce qui ne signifie pas que l’alliance Iran-Qatar-Turquie-Hamas ira jusqu’au bout du chemin. Cette vague révolutionnaire intervient en plein mois de ramadan. Les réunions entre amis et famille qui devraient être des célébrations consensuelles se transforment parfois en contestation de ce qui apparaissait jusque-là être des bases de l’islam. Dans le cas où le clivage pour ou contre le cléricalisme se poursuivrait, on assisterait à une recomposition générale du paysage politique. Par exemple, les Gardiens de la Révolution, qui se sont constitués contre l’impérialisme anglo-saxon, ont accumulé de la rancœur contre le clergé iranien. Beaucoup se souviennent que durant la guerre imposée par l’Irak, les mollahs et ayatollahs se débrouillaient pour planquer leurs enfants, tandis que les Gardiens mourraient sur le champ de bataille. Mais, affaiblis durant le premier mandat Rohani, il est peu probable qu’ils oseront se lever contre le pouvoir civilo-religieux. Par contre le Hezbollah libanais est dirigé par sayyed Hassan Nasrallah (ici le titre de sayyed indique qu’il est descendant direct du prophète Mahomet), une personnalité qui promeut la séparation de la sphère publique et de la sphère privée. Bien qu’ayant une fonction religieuse et une autre politique, il s’est toujours opposé à confondre les deux, tout en acceptant le principe platonicien du Velayat-e faqih (c’est-à-dire du gouvernement par un sage). Il est donc peu probable que le Hezbollah suivra le gouvernement Rohani.

Réussir son mailing

24 mai 2017 Category :business Off

Si votre intérêt majeur est l’information liée à la newsletter marketing par courriel ou tout autre tels que les cartes postales, Email Marketing Asp, Logiciel de marketing en ligne Email ou Email Marketing Best Practices, cet article peut s’avérer utile. Définissez votre sujet d’intérêt. De quoi aimeriez-vous parler aux gens? De quoi voulez-vous en savoir plus? Qu’est-ce que vous aimez que les autres aiment? Quels types d’autres personnes aiment ce que vous aimez? Répondre à ces questions vous mènera à puissamment cible promotion e-mail. Promotion ciblée e-mail vous apportera les résultats les plus élevés et les plus rapides. Confirmez et confirmez de nouveau les adresses e-mail. Vous devriez trouver un système pour reconfirmer vos adresses courantes des abonnés réguliers au fil du temps afin que vous ne perdez personne. La seule chose à garder à l’esprit ici est que vous devez avertir les utilisateurs que, en soumettant leurs cartes de visite, ils acceptent de recevoir une communication par courriel de votre part. Cela peut être aussi simple que d’ajouter un signe à la carte de visite carte de dépôt disant: «Nous vous enverrons un courriel pour vous informer si vous avez gagné. Nous pouvons également vous envoyer des e-mails périodiques avec des offres spéciales et des annonces. Ne souhaitez pas recevoir de courrier électronique de notre part, veuillez écrire «Pas de courriel» sur votre carte de visite. N’oubliez pas que vous êtes seulement un pas loin d’obtenir plus d’informations sur le bulletin d’email marketing ou de telles informations liées en recherchant les moteurs de recherche en ligne. Google.com seul peut vous donner plus que suffisamment de résultats lorsque vous recherchez le bulletin d’email marketing. Si vous voulez que les gens soient rappelés à votre sujet ou à votre entreprise, la promotion par courrier électronique est la meilleure solution à faire. Vous pouvez réellement mettre à jour vos clients au sujet de vos produits, et vous aurez la chance d’obtenir des ventes avec le clic simple du bouton d’envoi votre email. Intégrer les liens opt-in dans la copie du corps. Figurez-vous sur les pages Web que vos visiteurs sont les plus intéressés, puis trouver un moyen d’intégrer un lien vers votre bulletin électronique dans la copie du corps sur la page. Un bon exemple est cet article que vous lisez, où au moins une mention de « notre bulletin électronique » pourrait être un lien vers votre page d’inscription newsletter. Tu trouveras le mien. Identifier la cible – Identifier la cible du programme de promotion par e-mail. L’identification de la cible vous aidera à vous aider à créer un programme ciblé de promotion des e-mails. Il pourrait vous intéresser à savoir que beaucoup de gens à la recherche de bulletin de marketing par courriel a également obtenu des informations liées à une autre publicité par courriel ciblée, des fonds de marketing, et même Email Marketing Consulting ici avec facilité. Source : Agence de stimulation commerciale

Une victoire large mais de justesse

12 mai 2017 Category :news Off

La presse française se montre soulagée, admirative et exigeante au lendemain d’une victoire d’Emmanuel Macron qualifiée de « large et fragile » à la fois. Passage en revue. Au lendemain de la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron, les journaux français réagissent à une élection qualifiée d’ »ultime bataille » ou de point de départ « d’un nouveau combat », selon les titres. Le quotidien Libération ne cache pas sa satisfaction en saluant la victoire de l’ancien ministre de l’Economie d’un « Bien joué ». A l’opposé du portrait de Une du nouveau président, la quatrième de couverture est barrée d’un « Bien fait » adressé à Marine Le Pen. « Dans l’ultime bataille, la République l’emporte. Ebranlée, fissurée, bousculée par un parti de l’intolérance qui a réuni jusqu’à 42 % des intentions de vote durant la campagne, la France vient de signifier aux xénophobes – même s’ils restent forts, menaçants, actifs – qu’elle ne voulait pas d’eux », écrit avec soulagement Laurent Joffrin, le directeur de Libé. Titre enjoué en manchette du quotidien économique Les Echos qui salue « La France qui ose ». « Il y a longtemps que l’on n’avait pas accolé ces deux mots. La France sourit. Avec Emmanuel Macron, élu très largement ce dimanche à 65,9 % des voix, la France grondeuse a conjuré la fatalité populiste qui semblait gagner le monde occidental. Macron, ou l’anti-Trump », se félicite Cécile Cornudet dans le quotidien économique. Plus sobre, Le Figaro évoque « La victoire en marchant » du nouveau locataire de l’Elysée. Dans son éditorial, Alexis Brézet nuance de son côté fortement l’ampleur du succès d’Emmanuel Macron. « Ne nous y trompons pas : la France de Macron, cette France positive, dynamique, réformatrice, ouverte à l’Europe comme au vent du large existe bel et bien – et c’est heureux. Mais elle ne représente qu’un quart des Français. Deux autres quarts (les lepénistes et les mélenchonistes auxquels on pourrait ajouter les partisans de Hamon) sont radicalement hostiles aux valeurs qu’elle incarne. » De son côté, le quotidien catholique La Croix titre sur « une victoire large et fragile ». « Quoi qu’il arrive, Emmanuel Macron ne devra jamais oublier qu’il a été à la fois très bien et très mal élu », écrit l’éditorialiste Guillaume Goubert. « Très bien car il a bénéficié d’un des scores les plus élevés de la Ve République. Très mal parce que de nombreux citoyens ont voté en sa faveur non par adhésion mais uniquement pour écarter la menace du Front national. » Pour L’Humanité, il n’y aura en tout cas pas d’état de grâce. Le journal communiste assure qu’ »un nouveau combat commence » contre un président élu « sans adhésion ». Dans un éditorial, Patrick Apel-Muller explique qu’ »Emmanuel Macron veut frapper vite parce qu’il est faible » et « les élections législatives sont donc une première étape importante pour lui mettre des bâtons dans les roues ».

Un tiers des 13-14 ans confrontés à la pornographie

11 avril 2017 Category :Uncategorized Off

En quelques années, l’accès des plus jeunes aux vidéos réservées aux adultes sur Internet est devenu un phénomène de masse. Un enfant sur sept a vu son premier film X à 11-12 ans, voire plus jeune, selon un sondage que dévoile Le Figaro. Un mineur sur trois a fait cette expérience à l’âge de 13 ou 14 ans, indique également cette enquête réalisée pour l’Observatoire de la parentalité & de l’éducation numérique (Open) par l’Ifop et qui a été réalisée directement auprès des adolescents, et non de leurs parents. Ce rajeunissement s’accompagne d’une hausse notable de la fréquentation des sites pornographiques. La moitié des adolescents de 15 à 17 ans (51 %) indiquent avoir déjà surfé sur ces sites en 2017 contre 37 % en 2013, soit un bond de 14 %. Autre phénomène, le nombre de filles ayant accédé à ce type de vidéos a explosé en trois ans. 37 % des adolescentes ont surfé sur un site pornographique début 2017, contre 18 % fin 2013. Psychologue en cabinet, Marion Haza est également maître de conférences à l’université de Poitiers et chercheuse au sein de l’Arcad, une association de recherche clinique sur l’adolescence. Marion HAZA. – Oui, il y a un phénomène de rajeunissement de l’accès à ces films car il y a plus d’écrans dans les familles et, dès le plus jeune âge, les enfants ont accès aux téléphones portables de leurs parents. Sur des plateformes comme YouTube, le visionnage de dessins animés peut les mener de fil en aiguille à des images qui ne sont pas faites pour eux. Depuis deux ans, je reçois des demandes de consultations pour des troubles liés à du visionnage accidentel de films.

Découverte des vignes de Bandol

6 avril 2017 Category :business Off

Il est juste de dire qu’aucun vin ne ressemble aux vins rouges de Bandol. Des parentéaisons superficielles, peut-être, sont faciles à trouver. Châteauneuf-du-Pape et Bandol, par exemple, peuvent irradier un sentiment de puissance méditerranéenne, mais leurs caractères diffèrent autant que leurs raisins dominants. Le grenache de Châteauneuf, surtout aujourd’hui, tend à offrir une force plus luxueuse, plus opulente et plus bruyante, tandis que la force de la mourvèdre de Bandol tend à être plus poignante et plus retenue. Bandol est également plus structuré et tannique, une qualité qui provient de composés chimiques dans les peaux, les graines et les tiges de raisin qui provoque un séchage, une astringence légèrement amère. Les tanins féroces de Bandol peuvent rappeler la structure aussi défigurante d’un jeune Barolo, de même qu’une qualité de réglisse dans ses saveurs, mais toute similitude se termine là-bas. Mourvèdre de Bandol a une qualité plus large et plus ensoleillée qui parle de la Provence, alors que le nébbiolo à haute tonne de Barolo peut être de nulle part ailleurs que dans la région piémontaise du nord-ouest de l’Italie. Les comparaisons et la contemplation viennent naturellement en buvant un bon vin. Pourquoi gagne-t-il tel quel? D’où vient-il, et comment reflète-t-il cet endroit et ses habitants? Personne ne connaît les réponses à ces questions sur Bandol, à moins que cette personne n’ait grandi dans un vignoble en terrasses sur une colline en Provence. Mais avec une exposition continue à toutes sortes de vins, nous pouvons commencer à faire des suppositions éduquées. Non à des fins concurrentielles – comme le sport d’identification des vins aveugles, qui semble s’avérer grand dans la mythologie de la consommation de vin – mais simplement pour approfondir le plaisir de profiter d’un verre. Bienvenue à Wine School, où l’exploration commence à la table, avec de la nourriture, des amis ou de la famille et quelques bonnes bouteilles. Il n’y a pas beaucoup de bagages, mais les endroits que vous pourriez visiter peuvent être merveilleux. Les dernières semaines, nous avons bu Bandol, qui provient d’une petite appellation dans les collines au-dessus du port méditerranéen du même nom, et peut-être mieux connu pour ses rosés. Comme d’habitude, j’ai suggéré trois bons exemples: le Château de Pibarnon 2011, le Domaine du Gros’Noré 2012 et La Bastide Blanche 2013. Idéalement, à des fins de comparaison, ces vins auraient été du même millésime et ce millésime aurait été de 10 à 15 ans, permettant à la structure tannique caractéristique de mourvèdre de ramollir et de libérer le potentiel complexe de ces vins. Pour en savoir plus, je vous recommande le site spécialiste du vin Cours d’Oenologie.

Un ovni vidéoludique

13 mars 2017 Category :Uncategorized Off

C’est une période de fête pour les fanboys. Après des mois de suspens insoutenable, les fans de Nintendo vont enfin pouvoir se faire une idée plus précise de la Switch ! Je vais pour ma part attendre les packages de Noël pour m’en offrir une, mais je pense déjà pouvoir dire qu’elle va faire aussi bien que la Wii. Car son concept est à la fois simple et insolite. On est bien loin de la précédente génération dont le concept est resté incompris du public. La Switch est une console mixte, avec laquelle on peut jouer sur la télévision aux toilettes. C’est carrément  énorme ! C’est d’une simplicité effarante, et il est étonnant que personne ne l’avait encore jamais fait avant. Et à une époque où l’on a pris l’habitude de jouer n’importe où avec nos smartphones, c’est vraiment un projet attractif. Je n’ai pas encore pu poser mes doigts sur la console, mais j’ai confiance de ce côté-là : Big N s’est toujours fait un devoir de proposer du matériel de qualité. Le passage en mode nomade a l’air de se faire sans difficulté, et la modularité des différents accessoires a l’air bien pensée. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que les premiers retours sont carrément encourageants. En termes de puissance, la Switch n’est bien sûr pas assimilable à la One. Mais peu importe, vu qu’elle ne joue pas du tout dans la même catégorie. Et en tant que console portable, c’est de loin la console la plus puissante du secteur. Cela dit, elle a quelques ratés. L’absence de la console virtuelle, qui permet de jouer aux anciens titres, constitue à mes yeux un problème de taille. Et la question des éditeurs tiers reste posée. Je suis conscient que le constructeur n’a jamais lancé de console pour avoir le même catalogue que ses concurrents, mais il faudrait voir à ne pas prendre les gens pour des buses ! Mais le fait de passer de la télé à l’écran portable en deux secondes, chrono en main, c’est juste incroyable ! Bref, j’aurais tendance à dire que l’affaire est bien engagée ! On peut supposer un beau succès à ce nouveau venu !