Home> Uncategorized

Uncategorized Archive

Pourquoi il faut discuter avec la Turquie

25 novembre 2020 Catégorie :Uncategorized Off

Alors que Washington se concentre naturellement sur les comptes nucléaires nord-coréens et iraniens, une autre crise stratégique impliquant la Turquie menace. Bien que des solutions aux divers différends bilatéraux alimentant la crise soient possibles, des changements d’attitude à Washington et à Ankara, et une meilleure communication au plus haut niveau, sont nécessaires pour éviter des dommages permanents ayant un impact sur la politique américaine dans une large bande d’Eurasie.

L’ensemble des problèmes apparemment insolubles qui divisent les deux prendront fin lorsque le ministre des Affaires étrangères Cavusoglu rencontrera le secrétaire Pompeo, apparemment pour résoudre l’un d’entre eux – le statut des alliés kurdes du PYD des États-Unis autour de la ville syrienne de Manbij, considérée comme menaçant de Ankara. Mais les pourparlers seront éclipsés par une menace plus importante: l’achat par la Turquie d’un système de défense aérienne russe S-400 et son impact sur les achats d’armes de la Turquie par les États-Unis, en particulier le chasseur F-35, dont la Turquie achète plus de 100 et participe à l’ensemble. chaîne de production.

Les différends bilatéraux relèvent quatre catégories.

Le premier et le plus grave est la sanction par le Congrès de la vente du S-400, en réponse aux activités néfastes de la Russie. Il y a des inquiétudes valables que la Russie puisse utiliser le système pour recueillir des renseignements sur les F-35 pilotés par les Turcs et les Américains.

La deuxième est la Syrie, où la Turquie voit des menaces existentielles à la fois de l’Iran et du président syrien Bashar al Assad, et de l’aile syrienne PYD de l’insurrection kurde turque du PKK. Il est important de noter que la Turquie considère l’Etat islamique et Al-Qaïda comme des menaces tactiques apparemment moins urgentes. Les États-Unis, en revanche, se sont engagés rhétoriquement à contenir les actions de l’Iran en Syrie, mais leur priorité a été de lutter contre Daech, exigeant une alliance avec le PYD qui menace la Turquie. Washington et Ankara travaillent pour faire revenir le PYD de Manbij, près des positions turques, mais les questions plus larges liées à la Syrie attendent les décisions de l’administration Trump.

Un troisième domaine de friction est la demande de la Turquie aux États-Unis d’extrader le chef de la Mouvement religieux et culturel guléniste, Fetullah Gulen, pour le rôle de son mouvement dans le coup d’État militaire turc de 2016. Les Turcs se méfient de l’implication américaine dans le coup d’État, étant donné la réponse tiède initiale de Washington et la résidence américaine de Gulen; méfiants à l’égard de toute affirmation du président Erdogan, certains à Washington remettent en question le rôle des gulénistes. Le prestige des États-Unis parmi la population turque a chuté encore plus que le creux normal de Gulen, car la plupart des Turcs le croient derrière le coup d’État.

D’autres problèmes juridiques, notamment un pasteur américain et des employés turcs de la mission américaine qui ont été accusés par les Turcs de crimes politiques, et un procès américain impliquant une banque d’État turque qui a sapé les sanctions contre l’Iran, font encore plus mal à la relation. Et les progrès du président Erdogan vers un régime plus autoritaire alimentent les craintes de mettre fin à la démocratie turque.

Il y a des compromis possibles sur toutes ces questions difficiles, mais leurs tendances centrifuges sont renforcées par chaque pays perception de l’autre. Les Turcs, et pas seulement Erdogan, considèrent la politique étrangère du XIXe siècle, en termes de realpolitik, avec les relations de «grande puissance» de la Turquie avec les autres comme étant largement transactionnelles. Les Turcs ont peu de sympathie pour les aspirations idéalistes de l’ordre mondial dirigé par les États-Unis, le considérant plutôt comme un outil de sécurité collective utile. Lorsque les États-Unis agissent à l’encontre du comportement attendu de la «  grande puissance  », comme critiquer la Turquie pour sa politique intérieure, les Turcs ressentent une arrière-pensée, voire un soutien américain voilé à leurs ennemis internes – citant la présence de Gulen en Pennsylvanie et le partenariat américain avec le PKK, le PYD .

Les Turcs considèrent également diverses actions américaines comme des «  trahisons  » passées, du retrait des missiles de Turquie pendant la crise cubaine à l’embargo sur les armes mis en vigueur après l’intervention de la Turquie à Chypre, aux résolutions du Congrès sur le génocide arménien, à la condamnation d’Erdogan par le président Obama. après avoir accepté un accord nucléaire avec Téhéran à la demande d’Obama en 2010. (Les Turcs oublient commodément le soutien américain pendant des décennies, des projets de pipeline stratégiques à la capture du leader du PKK Ocalan.)

Les États-Unis, quant à eux, craignent que la Turquie ne dérive du monde «occidental» vers la Russie. Washington se concentre sur les défis d’Erdogan au pluralisme démocratique et à la liberté des médias, sur une «islamisation» accrue et sur ses relations chaleureuses avec Moscou qui se sont manifestées dans la vente du S-400.

Mais la Turquie en tant qu’État, et la plupart des Turcs, sont fondamentalement «statu quo», étant les principaux bénéficiaires à la fois de l’ordre économique mondial, facilitant leur croissance économique phénoménale et de leur union douanière avec l’UE, et de l’ordre de sécurité de l’OTAN. Ils craignent instinctivement les États expansionnistes anti-statu quo tels que la Russie et l’Iran.

Les Turcs se considèrent comme faisant partie de l’Occident d’une manière que, par exemple, les populations d’Arabie saoudite, d’Iran ou d’Égypte ne le feraient pas, et lorsque les Turcs d’Erdogan pensent au monde extérieur, leur point de référence est Berlin, Londres ou Washington. , pas Moscou ou Riyad. Erdogan nourrissait des rêves d’influence turque «néo-ottomane» à travers les groupes alliés des Frères musulmans à travers le monde arabe, mais cela est mort dans la réaction post-«printemps arabe» de l’Égypte à la Syrie. Les États, à de rares exceptions près, comme la Chine et l’Iran, ne se «détournent» pas facilement d’une coalition mondiale. Mais en supposant, comme le font certains à Washington, que «nous avons perdu la Turquie» rend difficile les compromis pour rafistoler les relations – pourquoi gaspiller des efforts s’ils ont disparu? La «rigidité» des positions américaines qui en résulte fait alors craindre à la Turquie que les États-Unis essaient de lui nuire.

Les enjeux sont immenses. Il est difficile de voir les États-Unis contenir l’Iran sans la Turquie. La Turquie héberge également le système radar de l’OTAN indispensable à la défense antimissile de l’OTAN contre l’Iran. Dans une vaste région, dans les opérations de l’OTAN en Afghanistan et dans les Balkans, en Ukraine, dans le Caucase et le long de la frontière syrienne, où sont hébergés des millions de réfugiés qui autrement inonderaient l’Europe, le rôle de la Turquie est important. Niché entre la Russie hostile, la Syrie et l’Iran, il permet la projection de la puissance terrestre, aérienne et maritime des États-Unis dans le nord du Moyen-Orient, la mer Noire et le Caucase. Alors que la Turquie exige souvent un rôle dans les décisions impliquant des opérations américaines, la réalité est que, de la lutte contre l’Etat islamique, à la guerre du Kosovo, au conflit géorgien de 2008 et aux opérations en Afghanistan, elle a soutenu de manière décisive les actions américaines. Et malgré les difficultés financières actuelles, la Turquie est l’une des 20 premières économies mondiales, possède la deuxième plus grande armée de l’OTAN et est, selon les normes régionales, stable et démocratique. Ce n’est pas un partenaire que l’on peut facilement ignorer.

Le seul problème qui pourrait pousser la Turquie hors du partenariat américain est la question des sanctions sur l’achat d’armes russes. Alimenté par le refus de la Turquie de reconsidérer la vente du S-400 (techniquement pas encore achevée) ainsi que la détention de citoyens américains et d’autres péchés, le Congrès cherche maintenant à bloquer de manière préventive les transferts de F-35 qui devraient commencer en juin. Ce serait un coup énorme et incroyablement coûteux pour la Turquie, analogue à Le Congrès bloque les transferts de F-16 achetés par le Pakistan.

L’abus de confiance entre Washington et Islamabad n’a jamais été entièrement réparé et, à ce jour, affecte les opérations américaines avec le Pakistan et en Afghanistan. Raison suffisante pour porter une attention particulière à la manière dont ces discussions se déroulent.

, ,

La sécurité des hélicoptères

7 octobre 2020 Catégorie :Uncategorized Off

L’hélicoptère à quatre places avait à peine décollé de l’aéroport John Wayne lorsqu’il a piqué du nez, a percuté deux maisons et percuté une troisième, tuant le pilote et deux de ses trois passagers lors de ce vol en hélicoptère.

« C’était comme un train heurtant un mur », a déclaré Paddi Faubion, qui a vu le 30 janvier s’écraser depuis son balcon dans un quartier fermé de Newport Beach, en Californie.

La cause reste à déterminer, mais le type d’hélicoptère est bien connu des enquêteurs sur les accidents: le Robinson R44. Il s’agit de l’hélicoptère civil le plus vendu au monde, un premier choix parmi les écoles de pilotage, les entreprises de tourisme, les services de police et les pilotes de loisir.

C’est aussi exceptionnellement mortel.

Les Robinson R44 ont été impliqués dans 42 accidents mortels aux États-Unis entre 2006 et 2016, plus que tout autre hélicoptère civil, selon une analyse du Los Angeles Times des rapports d’accidents du National Transportation Safety Board.

Cela se traduit par 1,6 accident mortel pour 100000 heures de vol – un taux presque 50% plus élevé que tout autre de la douzaine. les modèles civils les plus courants dont les heures de vol sont suivies par la Federal Aviation Administration.

La société familiale Robinson Helicopter Co. a contesté l’analyse du Times, affirmant que la FAA sous-estime les heures de vol du R44, ce qui entraîne un taux d’accidents gonflé. L’entreprise a vigoureusement défendu son bilan, affirmant que ses avions sont sûrs et fiables lorsqu’ils volent dans leurs limites d’exploitation.

Pourtant, les problèmes de sécurité ont préoccupé le fabricant Torrance au cours de ses 45 ans d’histoire, selon The Times, et la société et la FAA ont mis du temps à traiter les caractéristiques de conception et les caractéristiques de fonctionnement qui ont causé ou contribué à des accidents.

Des dizaines de pilotes et de passagers du R44 ont été tués dans des incendies évitables après un accident ou dans des hélicoptères qui sont tombés du ciel lorsqu’ils ont soudainement perdu leur portance. D’autres sont morts lorsque les pales du rotor principal se sont décollées en vol ou ont traversé des poutres de queue ou des cockpits.

Certains pilotes ou les membres de leur famille survivants ont déclaré qu’ils étaient stupéfaits pour connaître – après des accidents – les problèmes de sécurité du R44, et ils se sont demandé pourquoi les régulateurs n’avaient pas pris de mesures plus énergiques.

Gail Bechler, dont le mari, Jim, est décédé dans un violent accident de 2012 dont les enquêteurs ont conclu que c’était sa faute, a déclaré qu’elle avait été choquée d’apprendre que les réservoirs de carburant de son R44 s’étaient «fendus comme une canette de coca» dans un accident à impact relativement faible – et qu’il y en avait eu beaucoup d’autres comme ça.

« J’ai pensé, attendez une minute, ils peuvent continuer à faire cette même partie même après avoir su? Je me souviens juste d’avoir pensé, ‘Qui va mourir ensuite?’ », Dit-elle. « Ces hélicoptères auraient dû tous être cloués au sol et il aurait dû y avoir un drapeau rouge géant et un rappel. »

Plus de 600 personnes sont mortes dans les accidents de Robinson à travers le monde depuis 1982. Au moins 65 poursuites pour mort injustifiée et responsabilité du fait des produits ont été déposées aux États-Unis depuis lors, accusant Robinson de dissimuler ou d’ignorer volontairement les problèmes de sécurité et d’esquiver la responsabilité – des allégations que la société nie . Beaucoup de poursuites ont été résolus avec des règlements confidentiels.

Le président de la société, Kurt Robinson, a contesté la place de son hélicoptère au sommet du classement des taux d’accidents du Times. Il a dit que les totaux d’heures de vol de la FAA utilisés pour calculer le taux d’accidents sont une « estimation approximative ».

La FAA a rejeté cette affirmation. Les estimations de l’agence, publiées chaque année par un groupe de statisticiens professionnels et actuellement disponibles jusqu’en 2016, sont basées sur une enquête envoyée aux opérateurs de terrain. Les fonctionnaires fédéraux de l’aviation utilisent régulièrement les données pour calculer les taux d’accidents.

Même en utilisant les heures de vol estimées de la compagnie – près de 40% de plus que celles de la FAA – le R44 affichait toujours le taux le plus élevé, à 1,17 accident mortel pour 100 000 heures de vol.

Robinson a noté que les accidents mortels du R44 aux États-Unis étaient tombés à deux en 2017, ce qui, selon lui, reflétait les efforts de l’entreprise pour réduire le taux d’accidents. Il a également soutenu que la grande majorité des accidents Robinson sont la faute des pilotes – pas de la machine – et que beaucoup sont des étudiants ou des amateurs. avec peu de temps aux commandes.

« Quand les gens disent que les nôtres ont plus d’accidents que les autres, eh bien, les nôtres ne sont pas pilotés par des professionnels », a déclaré Robinson. « Les nôtres sont transportés beaucoup, beaucoup plus au point d’entrée du marché. »

Déguster la cuisine de Leipzig

11 septembre 2020 Catégorie :Uncategorized Off

La musique, le café et une histoire tumultueuse sont inextricablement liés à la deuxième ville de Saxe. Alicia Miller plonge dans cette ancienne plaque tournante est-allemande magnifiquement restaurée. Temps de trajet 2h30 Maison unique de Goethe, Bach, Mendelssohn et Schuman; site de la bataille des nations de Napoléon en 1813; berceau de la révolution pacifique de l’Allemagne de l’Est en 1989 – Leipzig ne manque pas d’histoire. Mais un passé glorieux ne fait pas de cette plaque tournante du XVIIIe siècle la colline; un mélange d’architecture moderne et d’un centre récemment restauré donne à cette ville une ambiance jeune et optimiste. Les cafés historiques regorgent de vie, la musique classique afflue des salles de concert et la scène des restaurants en pleine croissance fait de Leipzig l’une des villes les plus uniques et les plus attrayantes d’Allemagne. Que faire Le cœur du vieux centre rajeuni est le spacieux Markt, un grand espace de réunion rectangulaire abritant la Renaissance Altes Rathaus (ancien hôtel de ville). C’est sur cette place que vous trouverez le marché de Noël annuel, avec des centaines de stands vendant du stollen, du vin chaud et de l’artisanat traditionnel. Au nord, culminant au-dessus des vieux bâtiments de Markt, cours de cuisine Lyon le Musée des Beaux-Arts () est un cube de verre géant contenant des chefs-d’œuvre allemands. Dirigez-vous vers l’est le long des pavés jusqu’au Musée des instruments de musique (), qui fait partie du complexe GRASSI, et admirez la collection d’instruments vieux de plusieurs siècles. A proximité se trouve Schumann-Haus (), la maison du compositeur Robert Schumann en 1840, mais plus intéressante est la dernière demeure de Felix Mendelssohn (), décédé à Leipzig en 1847. Ne manquez pas les concerts intimes du dimanche matin ici, mais réservez tôt ; ensuite, vous pouvez explorer l’espace et voir les effets du compositeur – ainsi que son masque de mort. L’église Saint-Nicolas a fait la une des journaux comme point de départ de la révolution pacifique de 1989, mais elle mérite également une visite pour son remarquable intérieur de style français classique, qui est peint dans des tons rose bonbon, vert menthe et crème. À l’ouest, en contraste frappant, l’austère Saint-Thomas abrite le célèbre choeur de garçons du même nom. Assistez à une représentation du vendredi ou du dimanche, puis rendez hommage à la tombe de Johann Sebastian Bach, qui fut chef de chœur ici de 1723 à 1750. À côté, le fantastique nouveau musée Bach () présente les manuscrits du grand musicien. Où rester Glissez-vous sous les couettes blanches moelleuses de l’hôtel Fürstenhof (00 49 341 1400), l’offre la plus luxueuse de la ville. L’hôtel privé du XVIIIe siècle transformé en maison dispose d’un bar à vin et d’un excellent restaurant franco-méditerranéen, Villiers. L’Art’otel Leipzig (00 49 341 303 840,) propose des chambres élégantes et minimalistes à de bons tarifs. Où manger et boire Rejoignez la tradition séculaire de Leipziger, le café et les gâteaux l’après-midi, dans l’un des cafés historiques de la ville; Le Zum Arabischen Coffe Baum () était un favori de Robert Schumann, et sert de bons cafés laiteux et d’épais quartiers de gâteau à la crème. Riquet () a un intérieur art déco restauré, et par temps froid est un endroit confortable pour déguster le doux signature de la ville, Leipziger Lerche (une massepain et une tarte remplie de confiture, semblable au Bakewell). On dit que si vous n’êtes pas allé à Auerbachs Keller (), vous n’avez pas vu Leipzig, alors dirigez-vous vers ce restaurant de cave vieux de cinq siècles, rendu célèbre par une scène du Faust de Goethe. Régalez-vous de roulade de bœuf et de boulettes saxonnes étouffées dans la caverne de la Grosse Keller, ou dîner dans la cave à vin historique pour une expérience plus raffinée. Weinstock () sert une excellente sélection de vins locaux depuis son emplacement privilégié au bord du Markt. Venez pour un verre croquant de Müller-Thurgau et Leipziger Allerlei, un plat de légumes frais et d’écrevisses; restez pour leur quarkkeulchen (une crêpe sucrée au fromage blanc). Deux Falco étoilés Michelin (), comme sa cote le suggère, offrent de superbes combinaisons très innovantes du chef Peter Maria Schnurrs.

La santé pour tous

20 août 2020 Catégorie :Uncategorized Off

Michael Olenick a raison de souligner comment l’une des nombreuses mauvaises caractéristiques de l’exceptionnalisme américain est que nous refusons d’apprendre de l’expérience d’autres pays, en particulier en matière de soins de santé. Et c’est avant que vous arriviez au fait que de larges pans du public ont été propagés pour voir les programmes de médecine socialisés à l’étranger comme des échecs et donc considérer comme Medicare for All et d’autres initiatives à payeur unique avec suspicion. Cela dit, il y aurait des problèmes de transition avec l’adoption de tout programme de type Medicare for All aux États-Unis. Cependant, ce qui n’est pas suffisamment reconnu, c’est que les médecins américains sont déjà en cours de transition »vers la médecine corporatisée, où ils sont des employés de grandes organisations de soins de santé et ont peu d’autonomie. Par Michael Olenick, chercheur à l’INSEAD qui écrit régulièrement à Olen on Economics Assis ici en France et regarder le débat sur l’assurance-maladie pour tous. Bonne idée? Mauvaise idée? Comment cela fonctionnerait-il? Comment les coûts seraient-ils contrôlés? Je pense que tout le monde, pour et contre et au milieu, rate un énorme point: il y a beaucoup, beaucoup de systèmes de santé nationaux à copier. Il n’est pas nécessaire que les États-Unis en créent un nouveau à partir de zéro. Aux États-Unis, rien ne se passe, hormis l’actuel cloaque appelé soins de santé. Ma femme disait juste ce matin que je devrais probablement voir le médecin mais je ne veux pas gaspiller les 35 €. » Tout sauf 1,50 € est remis sur notre compte en quelques jours », ai-je répondu. Elle est habituée au système américain. Même l’idée que voir le médecin est un gaspillage est étrangère ici; les gens sont encouragés à opter pour les choses les plus mineures, qui peuvent s’avérer être rien, car elles peuvent aussi s’avérer être quelque chose de beaucoup plus facile à traiter plus tôt que tard. Même les hypocondriaques chroniques ont quelque chose qui ne va pas – un problème mental – qui doit être traité. Les Français se sont enfuis chez le médecin pour pratiquement n’importe quoi, et c’est ainsi que le système est censé fonctionner, et cela coûte beaucoup, beaucoup moins. Quant à la chose socialisée, ce n’est même pas vrai. Comme tout le monde ici légalement depuis plus de trois mois, nous sommes inscrits dans le système gouvernemental. Cela rapporte les 2/3 de choses moins graves, un montant qui augmente avec le sérieux. Les visites médicales régulières sont remboursées aux 2/3 du tarif gouvernemental de 25 €. Notre mutuelle, assurance complémentaire privée fournie par les employeurs ou que les indépendants achètent à un prix raisonnable (ou gratuit pour les pauvres) paie la majeure partie du reste. Mais, vous l’avez peut-être remarqué, vous avez dit que votre médecin facturait 35 € – est-ce une faute de frappe? Non, ça ne l’est pas. Notre médecin parle couramment l’anglais et est à proximité. Comme tous les médecins, il établit son propre barème de taux; il n’a pas à facturer le prix du gouvernement. Dans notre cas, notre assurance complémentaire paie tout sauf 1,50 € de la différence. Si nous avions un médecin qui facturait 25 € – et il y en a beaucoup, beaucoup le font (et la plupart parlent anglais – nous aimons juste le nôtre) – il serait remboursé à 100%. Il existe donc toujours un système privé, les médecins exerçant dans des cabinets privés – comme la plupart des médecins – fixent leurs propres tarifs. Et les compagnies d’assurance publiques / privées remboursent à ces taux. Les pharmacies en dehors des hôpitaux sont toutes privées et semblent avoir beaucoup de clients, mais les ordonnances sont payées par l’assurance; ceux que nous avons eus sont remboursés à 100%. Les hôpitaux sont généralement gérés par le gouvernement (on m’a dit que tous le sont, mais l’hôpital américain de Paris est privé, donc cela ne peut pas être exact). Les cliniques, qui ressemblent souvent à des hôpitaux, sont toutes privées. De toute façon, ils sont tous abordables. Cette combinaison public / privé est courante. Les systèmes de santé publics n’éliminent pas le marché privé. À bien des égards, le système comprend plus d’éléments d’un véritable marché qu’aux États-Unis, où les compagnies d’assurance dictent souvent plus de conditions que les gouvernements. Je ne peux penser à aucun assureur américain qui permette aux gens de choisir plus cher que les médecins de base, puis couvre la grande majorité des coûts. Habituellement, ils paient des frais fixes et si les gens veulent quelque chose au-dessus, le patient paie la différence. Il n’y a aucune prescription de jeu comme nous le voyons aux États-Unis; les pharmacies remplissent ce qu’un médecin prescrit et les assurances (la combinaison publique / privée) paient. Je ne connais pas les chiffres, mais les frais généraux doivent être beaucoup, beaucoup moins qu’aux États-Unis.   Arrêtez de trop penser – prenez un système et copiez-le. » Canada. Même continent, échelle continentale, population multiculturelle / multilingue, structure fédérale, économie mixte », common law, anglosphère, etc. Ce sont absolument l’économie politique la plus proche de la nôtre (et il n’est donc pas nécessaire de chercher un endroit exotique par Normes américaines, comme le Royaume-Uni ou la France). Toutes les secousses de Vox qui hurlent sur l’Allemagne ou quoi que ce soit essaient juste de brouiller les eaux. C’est exactement ce que la même foule a fait en 2009-2010; boueux les eaux pour maintenir l’industrie de l’assurance maladie en vie pour un autre couple de cycles électoraux. Comme l’Irak, où les personnes qui ont provoqué la débâcle il y a 15 ans (arrondi) sont toujours aux commandes et toujours aux autorités, les personnes qui ont provoqué la débâcle de l’ACA dans 10 ans sont toujours aux commandes et toujours aux autorités. Ils ne pensent pas trop. Ils obscurcissent. Navigation après Artanis Lossletter Si le public peut recevoir des soins de santé à un coût nul au point de service, une assurance complémentaire couvrant les médecins à prix élevé et d’autres équipements est peut-être une idée qui pourrait atténuer la résistance des compagnies d’assurance. Non. Si les compagnies d’assurance américaines ont la possibilité de s’insérer dans un processus, elles trouveront un moyen d’exploiter leur position pour maximiser leurs bénéfices. Il ne doit pas y avoir de place pour de tels régimes jusqu’à ce que le secteur américain de l’assurance soit correctement neutralisé par la réglementation, comme c’est le cas dans la plupart des pays civilisés. S’ils maximisent la baisse des prix sur l’assurance complémentaire, très peu l’achèteront. Sur un produit que personne n’a besoin d’acheter, il doit proposer un prix non abusif pour avoir des volumes décents. J’ai une politique réglementée par l’État de New York, et New York offre un recours externe sur les réclamations et les maintient en laisse courte. L’idée que cela ne se fait pas aux États-Unis est donc inexacte. Cela ne se fait tout simplement pas dans la grande majorité des États. Donna Il semble que si vous laissez les compagnies d’assurance fonctionner avec le genre de pouvoir qu’elles ont maintenant, nous nous préparons à nouveau à un désastre. Ils seront toujours là pour essayer de jouer le système. Regardez comment ils se sont intégrés davantage dans le système d’assurance-maladie avec les plans insidieux Advantage. Mon mari et moi prenons notre retraite cette année avec un revenu résiduel provenant des commissions sur les régimes d’assurance maladie des employés qu’il a aidé les employeurs à gérer depuis près de 40 ans. Nous perdrons ce revenu, bien sûr, éventuellement par le biais de l’attrition. Avec Medicare4All, nous allons le perdre pendant la nuit. Toujours à l’affût des compagnies d’assurance au travail ces 40 dernières années, nous craignons toutes les deux de les laisser en place pour éroder progressivement le bon système avec lequel nous les remplaçons. Bien sûr, la réglementation est la clé. Il fut un temps où nous pouvions nous adresser à un employeur avec des taux de renouvellement et de cotation et des avantages de 10 compagnies d’assurance différentes. Avec la concurrence, ils devaient performer pour leurs assurés et rivaliser sur les prix. Ce n’était pas une panacée. Il y avait encore des questionnaires de santé pour les petits groupes et, bien sûr, des politiques individuelles que nous ne pouvions presque pas trouver pour les personnes souffrant de maladies préexistantes. jrs Les gens doivent cesser d’utiliser le terme Medicare For All »si l’idée n’est pas d’impliquer les compagnies d’assurance. Parmi les nouveaux inscrits à Medicare (personnes qui atteignent 65 ans), PLUS de 50% (oui, la MAJORITÉ) adhèrent à des plans d’avantages médicaux. C’est l’assurance-maladie actuelle et future. Ce n’est pas une infestation à ce stade, c’est Medicare. L’utilisation du terme MFA tout en parlant de l’élimination des compagnies d’assurance fait que l’on semble profondément ignorant du système de santé aux États-Unis, ou désespérément déroutant (y compris pour ceux sur Mecicare maintenant!). Medicare amélioré et étendu le qualifie au moins. Le payeur unique fonctionne probablement. Ou bien quoi que ce soit, continuez à utiliser le terme MFA et ne soyez pas surpris quand le prochain président de Dem offrira Medicare Advantage pour tous. Ce qui est accordé pourrait (peut-être dépendre, mais peut-être pas) être encore une amélioration… Mais Sheesh négocie au moins pour plus. JohnnySacks D’accord dans une certaine mesure – «Medicare for All» est le son. N’oublions pas que le gars de la maison blanche est arrivé via « Lock Her Up », « Repeal and Replace », « Build the Wall », etc. Comme pour les extraits sonores de ce type, la mise en œuvre est toujours la clé une fois que les extraits sonores l’emportent. c’est là que le dur labeur commence, un dur labeur que beaucoup de gens ont peur, même pétrifiés, d’être forcés d’entreprendre. L’indignation perpétuelle est beaucoup plus facile. GM Les compagnies d’assurance sont le méchant évident dans l’histoire, mais le problème aux États-Unis va bien plus loin que cela, car tout le monde dans le système est à but lucratif. Donc, si l’accent est mis uniquement sur les compagnies d’assurance, le problème ne sera pas entièrement résolu. En ce moment, vous avez:

  1. Les compagnies d’assurance qui extraient un loyer de la population. Ceux-là doivent partir. Mais vous avez aussi:
  2. Les sociétés pharmaceutiques et biotechnologiques vendant des médicaments et des thérapies à des prix très gonflés
  3. Les fabricants d’appareils font de même
  4. Hôpitaux privés fonctionnant comme des entreprises à but lucratif
  5. Les médecins sont payés plus que partout ailleurs dans le monde.
  6. Les écoles de médecine endettent ces médecins des centaines de milliers de dollars au début de leur carrière.

Tout cela doit changer pour que le système soit correctement réformé. Mais il est politiquement désagréable de parler de la façon dont les médecins doivent être payés moins, comment les hôpitaux doivent être à but non lucratif et comment les écoles de médecine doivent être gratuites. Surtout compte tenu de la force avec laquelle les universités et les personnes qui y travaillent se penchent vers la direction du spectre politique qui appelle à l’assurance-maladie pour tous. De plus, à un niveau fondamental et dans une perspective à long terme, je ne vois pas comment un système de santé socialisé peut survivre avec des acteurs privés à but lucratif. Il peut survivre pendant quelques décennies, mais à long terme, il est condamné, car ce qui se passe, c’est que s’il y a des options privées, les riches s’y rendent et se séparent du reste de la société. Puis, comme ils n’ont pas besoin des services fournis par le système national, ils font pression pour son financement et son démantèlement. Vous voyez ce processus en action avec le NHS en Angleterre. Il faut tout nationaliser et interdire l’existence d’options privées pour que les riches et les puissants n’aient pas d’autre choix que de s’intéresser personnellement au bon fonctionnement du système. Soit dit en passant, il en va de même pour l’éducation. Acacia Ptb Malheureusement, la correction du dysfonctionnement mortel et ruineusement coûteux de notre système de santé va gêner beaucoup de gens et d’entreprises riches. Cependant, en dépit d’être enfermés dans le système, la plupart des médecins (les infirmières aussi) comprennent mieux que quiconque à quel point c’est gâché. Probablement les faire embarquer en masse, et renverser l’AMA serait un impératif politique. Quant aux assureurs et surtout à l’industrie pharmaceutique, ils vont se battre jusqu’au dernier dollar qu’ils ont, ce qui est beaucoup. saboter aussi chaque étape du chemin. Ça ne va pas être joli. JEHR Le modèle à but lucratif de faire des affaires cadre bien avec le système de croyance individuelle selon lequel chaque personne est responsable de son propre bien-être, peu importe où la personne commence son cheminement de vie. D’une part, certaines personnes pensent que quiconque ne peut pas payer à sa guise ne tire pas son poids et mérite d’en subir les (mauvaises) conséquences. D’un autre côté, de nombreuses personnes nées au sein d’une famille riche commencent à croire qu’elles ont réellement travaillé ou gagné leur statut beaucoup plus élevé dans la vie. Comment apprend-on à croire que des individus moins aisés méritent d’être aidés quand ils ne peuvent pas s’aider eux-mêmes? Comment devient-on préoccupé par le bien-être de tous alors qu’il ne s’attache qu’à accroître son propre bien-être? Il y a beaucoup de milliardaires qui pensent qu’ils méritent absolument leur place dans la vie parce que l’argent est synonyme de succès et de dur labeur, même si aucun n’est vrai. Comment une nation développe-t-elle un sentiment de responsabilité communautaire alors que de nombreux individus ne le font pas? par exemple Et pas plus tôt. = Mais il est politiquement désagréable de parler de la façon dont les médecins doivent être payés moins, comment les hôpitaux doivent être à but non lucratif et comment les écoles de médecine doivent être gratuites == Cette idée est celle sur laquelle je joue du tambour depuis longtemps. Que nous devons ramener la courbe du coût de la vie à un semblant de modestie. Dans le cas des soins de santé, si nous voulons réduire les coûts, alors tout le monde dans la chaîne devra réduire les salaires. Plus de systèmes hospitaliers où les hôpitaux ressemblent à des hôtels cinq étoiles. Plus de médecins / chirurgiens, administrateurs d’hôpitaux, PDG de Big Pharma, etc. vivant dans des communautés fermées. Ils vivent dans le même quartier que tout le monde, mais avec une maison et une voiture un peu plus agréables, et non une McMansion et une Mercedes. La même chose s’applique à n’importe quel complexe industriel «industrie (voitures, enseignement supérieur, etc.) Pour rendre les choses abordables pour tout le monde, il faudra que tous ceux qui vivent hors du système» prennent une coupe. Yves a mentionné à plusieurs reprises en ce qui concerne le changement climatique que nous allons devoir faire preuve d’un conservatisme radical dans notre façon de vivre. Donc, une réinitialisation de notre façon de vivre arrive, que cela plaise ou non aux gens. Toutes les personnes qui vivent loin du système ne prendront pas tranquillement une coupe. Cela va prendre beaucoup de temps pour que les gens apprennent à vivre modestement. Changer les habitudes, les paradigmes et les modes de vie est difficile, mais nous devons apprendre ou cela nous sera imposé par le changement climatique. Harold En fin de compte, c’est un gagnant-gagnant Jerry B Merci Harold. Excellent commentaire. De vos points a, b et c, il ressort que sur tant de niveaux notre système de santé est un gâchis dysfonctionnel. C’est comme être un enfant ou un adulte dans une famille dysfonctionnelle. Vous en venez à voir le dysfonctionnement comme normal et pensez à cela comme tout le monde vit et vous ne réalisez pas qu’il existe de meilleures façons. Peut-être que dans 5 à 10 ans, avec un système de santé plus sain et moins dysfonctionnel, nous regarderons en arrière et dirons: à quoi pensions-nous? Comment aurions-nous pu être si aveugles? » Au point de vue de Michael dans le post, je pense qu’une des raisons pour lesquelles nous y pensons trop est que nous sommes tellement habitués à être dysfonctionnels »que nous ne savons rien d’autre. C’est comme un enfant souffrant d’un traumatisme, puis en tant qu’adulte, la personne continue de recréer le traumatisme en espérant un résultat différent ou en essayant de le réparer avec les mêmes outils dysfonctionnels que la personne a appris en tant qu’enfant, et cela ne fonctionne pas. BTW un dysfonctionnement des soins de santé et autres complexes industriels américains par rapport à d’autres pays sont l’extrême recherche de profit, l’extorsion légale, le racket criminel légal, la génération de revenus, les régimes ponzi et les pots-de-vin de type mafieux qui font partie de l’US Crony, Casino, Sociopathic et le capitalisme psychopathique. Donc, pour nous, copier «le modèle de soins de santé d’un autre pays nécessiterait un changement de paradigme» dans notre culture. Alors peut-être que la raison pour laquelle nous y pensons est parce que, comme toutes les choses aux États-Unis, nous voulons avoir notre gâteau (recherche de profits corrompus extrêmes) et le manger aussi (soins de santé universels). Jerry B === parce que ce qui se passe, c’est que s’il y a des options privées, les riches s’y rendent et se séparent du reste de la société === Mon sentiment est que les riches se séparent du reste de la société »se poursuit depuis la nuit des temps. Cependant, il a été pris à des mesures extrêmes au cours des 40 dernières années aux États-Unis. De la lecture sur les soins de santé et d’autres industries à travers le monde, il existe de nombreux partenariats public-privé. Comme mentionné dans l’article, les soins de santé sont un domaine. De nombreux systèmes de transit en Europe sont des partenariats public-privé. OMI, la différence est que le secteur privé dans d’autres pays ne s’engage pas dans le type de recherche de rente, d’extraction, de recherche de richesse et de modes de vie extrêmes que les États-Unis présentent. Et cela a à voir avec la culture. Les États-Unis au cours des 40 dernières années ont poussé le modèle du capitalisme de Milton Friedman à son extrême et il s’agit de satisfaire les besoins de chaque individu, aussi obscurément coûteux. J’espère que les commentateurs qui vivent dans d’autres pays répondront à ma conviction que les secteurs privés dans d’autres pays ne recherchent pas tellement les profits et cela est dû à la culture de chaque pays. === Il faut tout nationaliser et interdire l’existence d’options privées pour que les riches et les puissants n’aient pas d’autre choix que d’être personnellement intéressés par le bon fonctionnement du système. === C’est une excellente déclaration. Je ne suis pas sûr d’être entièrement d’accord, mais je pense que cela s’applique à l’éducation. Jeffrey Fisher Je pense que notre système actuel de financement des soins de santé dysfonctionnel fait qu’il est très difficile de progresser sur ces questions. Tant que trouver comment épingler la facture à quelqu’un d’autre (habituellement une personne malade ou sa famille), ou tout simplement ne pas fournir de soins est une option, il est choisi plutôt que de savoir comment réduire les coûts. Oh Tu as plutot raison. Il n’y a pas de place pour les compagnies d’assurance en matière de soins de santé. Les hôpitaux à but non lucratif ne sont qu’une classification fiscale. Le profit que la marque s’appelle réserve et ils sont autorisés à en reporter une certaine partie pour l’année suivante. Au lieu de payer des impôts, ils construisent de grands atriums, ajoutent plus d’équipement (pour obliger plus tard les médecins à les utiliser, générant ainsi plus profit réserve), payer leur gestion plus $$$$ et ainsi contourner la création d’un niveau de réserve imposable. La plupart des gens pensent que sans but lucratif signifie que ces hôpitaux sont meilleurs parce qu’ils facturent moins. Oui, les riches ont besoin du même système de soins de santé que le reste d’entre nous. John k Le Rev Kev Ce n’est pas de l’obscurcissement. C’est de la propagande payée. JBird4049 C’est un sujet amer pour moi car je suis veuf probablement à cause du manque d’assurance. Je n’ai plutôt aucune acceptation d’objections à un système comme celui des pays d’Europe occidentale. Je pense qu’une grande partie de la résistance vient du fait que seuls ceux qui ont de l’argent devraient être pris en compte dans l’analyse coûts / avantages de notre système de santé actuel. Il n’est jamais indiqué explicitement. Il peut souvent être inconscient, mais il est là. La richesse d’une personne, quelle qu’elle soit, détermine à quel point elle est digne d’être traitée comme un être humain. GramSci Acacia J’ai vécu en France et suis d’accord avec l’expérience de l’auteur. Venant du système d’arnaque complètement cassé aux États-Unis, c’était vraiment une révélation. Malheureusement, je pense que le lobby américain de l’assurance maladie résistera à tout changement sérieux (c’est beaucoup trop rentable pour eux), en utilisant des campagnes de désinformation dans les médias, la peur du socialisme », des politiciens achetés, etc., et les démocrates seront plus que heureux de les aider à le faire. Géo J’étais à Cuba pendant une semaine et j’ai eu une meilleure expérience dans leur système hospitalier (procédure d’urgence) que presque tout dans ma vie d’adulte aux États-Unis en tant que personne relativement pauvre sans couverture. Cela dit, il y a suffisamment de pouvoir qui sont à l’aise dans notre système actuel qui ont peur du changement ou sont tout simplement incapables de voir pourquoi le changement est nécessaire (surtout quand ne pas changer les choses paie tellement mieux!) Que je suis d’accord avec vous – ils le feront faire tout leur possible pour protéger le système actuel. Aucune statistique sur les décès annuels en raison du manque de couverture, de meilleurs résultats et coûts dans d’autres pays ne les convaincra. C’est le même état d’esprit qui croit que les Noirs mentent sur les abus de la police ou que les femmes mentent sur les abus / harcèlement sexuels. Cela ne leur arrive pas, donc ce n’est pas un vrai problème. C’est là que l’Amérique échoue: une incapacité à sympathiser avec les autres en raison d’un mythe narcissique culturel de l’individu robuste « qui a des bootstraps défiant la gravité magique: j’ai le mien tout seul, obtenez le vôtre! » Acacia Oui, et que j’ai le mien… chaque miette se fait! » l’état d’esprit est à peu près ce que j’ai rencontré lorsque j’ai essayé de parler avec mes collègues américains du système français. Bien sûr, cela n’a pas été exprimé en tant que tel, mais ils ont commencé à parcourir toutes sortes d’excuses et de rationalisations au lieu d’admettre qu’un pays d’Europe socialiste »pourrait en fait fournir des soins de santé largement supérieurs. Cet exceptionnalisme futile est probablement l’un des angles que le lobby des assurances jouera pour résister aux changements réels aux États-Unis. Je conviens avec Lambert, ci-dessus, que pour cette raison, le Canada est probablement un point de référence plus efficace que la France, l’Allemagne, le Japon, etc., quelle que soit l’efficacité de leurs systèmes, car ils peuvent toujours être également rejetés, cela peut fonctionner pour mais… nous sommes spéciaux… bla bla bla ». Carla N’oubliez jamais: j’ai le mien… chaque miette se fait! – est presque toujours un mensonge. Les gens qui ont eu le mien »ont tendance à oublier qu’ils ont grandi avec tous les avantages d’une vie de classe moyenne – un foyer stable, une bonne éducation publique, maman et papa payant pour l’université ou au moins pour aider, et un système de santé publique décent qui a tombé au bord du chemin dans ce pays. Avant, vous ne pouviez pas vous inscrire à l’école publique sans prouver que vous aviez été vacciné – ce n’est plus le cas, et maintenant tout le monde est plus à risque. J’ai connu beaucoup de gens dans ma vie, et une seule pouvait légitimement prétendre être autodidacte »bien qu’elle n’ait jamais fait cette affirmation odieuse. notabanker Première expérience: Système britannique depuis des années. Fonctionne très bien pour les soins familiaux, n’a jamais eu à naviguer dans une maladie grave. 7 GBP pour toutes les ordonnances. Pharmacies colocalisées dans les cliniques Dr. Remplissez l’ordonnance en 5 minutes et laissez-la entre vos mains. Singapour – Fonctionne très bien pour les soins familiaux. Son fils a été opéré, quelques centaines de dollars de sa poche. Mon médecin personnel a été formé en médecine occidentale et chinoise et m’a donné les meilleurs conseils que j’aie jamais reçus d’un professionnel de la santé. Vietnam – Son fils a eu une intoxication alimentaire. Traitement immédiat, IV, antibiotiques, soins anglophones, excellents soins et services. 300 $ de poche sur une carte de crédit entièrement remboursée. Indonésie – Plusieurs épisodes d’intoxication alimentaire. Médicaments bon marché disponibles sur le comptoir à distance de marche de toute zone peuplée. 8-24 heures de récupération. Je ris des Américains qui me disent que nous avons les meilleurs soins de santé au monde. Pour la personne moyenne, ce n’est même pas proche. rd Les entités de soins de santé d’entreprise se battront contre tout cela, car il est existentiel pour elles. L’objectif à long terme est de faire passer les dépenses de santé américaines de 17% du PIB à 12% et la majeure partie de cette réduction proviendrait des revenus et des bénéfices des entreprises. Je sais que les gens qui parlent de ces idées ne sont pas vraiment sérieux ou ne sont pas informés car ils parlent toujours de modèles européens qui permettent à tout d’être marqué comme socialiste »tout en ne mentionnant pas le Canada, qui n’a pas la marque socialiste» aux États-Unis tout en ressemblant et ressemblant beaucoup à l’Amérique (au moins le nord des États-Unis). Il y a donc des auditions qui détaillent les systèmes de santé français, allemands, suédois et canadiens afin que les gens comprennent les alternatives réelles et fonctionnelles à la catastrophe qu’est le système de santé américain. Eclair Oui, les entités de soins de santé d’entreprise se battront quelque chose comme ça bec et ongles… ». Aidé par des chroniqueurs soi-disant «  libéraux  » comme Danny Westneat du Seattle Times (10 mars 2019) qui consacre une colonne entière, affirmant que Medicare for All est une excellente idée mais comparant la députée Jayapal à Trump en raison de son tweet «  sourd de ton  » sur la réponse à la nouvelle que les stocks de l’assurance maladie se sont résorbés: désolé, pas désolé. » Avec haussant les emoji. Il l’accuse d’être insensible aux 850 000 travailleurs employés par le secteur de l’assurance maladie. Transformant ainsi insidieusement Medicare for All en cette bête anti-américaine, tueuse d’emplois. » Aucune mention de la façon dont un si grand nombre de ces frais administratifs administratifs contraignants contribuent aux coûts élevés des soins de santé par habitant aux États-Unis. Aucune mention de la façon dont les emplois qui produisent réellement les articles nécessaires (comme les chaussures, les chemises, les appareils de cuisine, les outils, les casseroles et les poêles) ont été aspirés et envoyés dans les pays à bas prix, laissant les chômeurs sans autre option que de prendre du papier travaux. Pas même un clin d’œil au Green New Deal proposé, qui exige une garantie d’emploi, car lorsque vous refaites une économie entière, il y aura beaucoup de travailleurs dont les emplois disparaîtront. Ouais, peut-être que Jayapal aurait pu être un peu plus diplomate dans son tweet. Mais, une colonne entière l’identifiant complètement avec l’odieux Trump, est un travail méchant. (Toutes mes excuses, je ne peux pas créer de lien vers l’article du Seattle Times parce que j’ai atteint ma limite en ligne pour le mois. J’ai lu l’abonnement papier quotidien de mon mari!) Luc Un concept que je n’entends jamais mentionné dans les discussions sur le financement des soins de santé: si un concept donné (Medicare for All », par exemple), pourquoi les gens qui pensent que c’est une bonne idée ne forment-ils pas simplement des associations volontaires, où les patients potentiels, les hôpitaux, les médecins, les sociétés pharmaceutiques, etc., peuvent tous les rejoindre si ils ont été convaincus que ce sont une bonne idée? Lorsque quelqu’un dit que son idée ne fonctionne que si elle implique l’utilisation d’armes à feu sur des personnes innocentes qui ne veulent tout simplement rien à voir avec cela (c’est ce que sont les lois), alors l’OMI la plupart du temps une idée qui est intellectuellement en faillite a été identifiée. Le Rev Kev bmeisen Le Rev Kev bmeisen Je suis d’accord – ma dernière phrase n’était pas claire. Je me demande si les éleveurs des États-Unis obtiennent plus de soutien pour prendre soin de la santé de leur bétail que les familles des États-Unis ne prennent soin de la santé de leurs enfants. Les coûts des soins de santé pour les familles sont-ils déductibles d’impôt? Les éleveurs peuvent-ils déduire les frais vétérinaires de l’exposition fiscale? Je suppose que oui. Un spécialiste indépendant peut-il déduire sa facture d’assurance maladie? Yves le sait peut-être. Tom Bradford Il y a quelques mois, ma femme a subi une rétine détachée à 16h30 dans l’après-midi. À 18 h 30, elle et un ami (je suis resté pour m’occuper du stock) étaient dans un avion pour une plus grande ville avec un hôpital disposant des installations nécessaires et à 9 h 30, elle était sur la table d’opération pour la faire réparer. Elle a passé la nuit dans un lit d’hôpital pendant qu’un ami allait dans un motel – organisé par l’hôpital. Libérée le lendemain, elle et son ami sont rentrés par voie terrestre, car sa femme ne pouvait pas voler. Coût total du voyage pour l’épouse et l’ami, le chirurgien, l’anesthésiste, le théâtre, la nuit à l’hôpital et au motel, plus les repas? NZ $ 0. Elle est maintenant à trois jours d’une procédure pour retirer une cataracte résultant de la chirurgie initiale. Coût? NZ $ 0 Il y a deux semaines, ma prostate a fermé mon urètre. Le médecin généraliste l’a diagnostiqué à 11h30 (coût de 47 NZ $) à 12h30. Je faisais installer un cathéter à l’hôpital. (coût 0 $ NZ).

Quand les Big Pharma font la loi

20 août 2020 Catégorie :Uncategorized Off

Je comprends le désir des Américains de pouvoir réimporter des médicaments du Canada. Mais il s’agit au mieux d’une stratégie provisoire, car des commandes importantes en provenance du Canada pourraient facilement causer des problèmes d’approvisionnement pour les Canadiens et pourraient ainsi conduire le gouvernement canadien à restreindre ou à interdire les expéditions vers les États-Unis. Le point serait de faire pression sur le gouvernement américain pour qu’il fasse ce que font tous les autres gouvernements des économies avancées: négocier les prix des médicaments. Le fait que nous ne le faisons pas lorsque les États-Unis fournissent autant de soutien à la R&D à Big Pharma est, comme dirait Lambert, à clarifier à merveille. Big Pharma dépense une petite fortune chaque année pour acheter des politiciens afin de s’assurer que nous ne pouvons pas importer de médicaments sur ordonnance du Canada, mais ils sont plus qu’heureux de nous vendre des médicaments contaminés en provenance de pays où les contrôles de fabrication sont faibles et la main-d’œuvre exploitable garantit des marges bénéficiaires élevées. Un composé toxique qui n’appartient à aucun médicament proche de la NDMA a été découvert pour la première fois dans certains médicaments contre l’hypertension en 2018, et la FDA a émis une alerte et écrit une lettre de plainte au fournisseur de matières premières des sociétés Big Pharma. Il s’avère que les médicaments suivent le modèle très courant d’être fabriqués en Inde avec des ingrédients bruts provenant de Chine.Et ils sont vendus par de grandes entreprises à des prix obscurément élevés aux consommateurs américains. Plus récemment, la contamination par la NDMA a provoqué un rappel national du médicament anti-brûlures d’estomac populaire Zantac et de toutes ses versions génériques. Et maintenant, le médicament le plus prescrit au monde, qui est utilisé pour traiter et prévenir le diabète de type 2 appelé metformine, est contaminé par la NDMA. La NDMA (N-nitrosodiméthylamine) est, selon l’Organisation mondiale de la santé, produite par la dégradation de la diméthylhydrazine (un composant du carburant de fusée) ainsi que par plusieurs autres procédés industriels. C’est également un contaminant de certains pesticides. » Et c’est l’un des cancérogènes les plus puissants au monde, du moins pour les humains et les autres mammifères. Nos foies produisent une enzyme qui la convertit en méthyldiazonium qui conduit ensuite à la O6-méthylguanine, qui modifient toutes deux un processus au niveau cellulaire appelé méthylation qui est un turbocompresseur contre le cancer Parce que c’est un agent biologique si puissant, la NDMA est également extrêmement toxique; un étudiant en médecine chinois a mis quelques gouttes dans l’eau de son colocataire et l’a tué. Idem pour un étudiant diplômé canadien, qui l’a injecté dans la tarte aux pommes d’un collègue. C’est tellement toxique que la FDA a fixé la quantité acceptable pour l’apport quotidien humain à 96 nanogrammes, soit 0,000096 de 1 milligramme (un seul grain de sel représente environ un milligramme). Dans certaines des marques génériques de médicaments contre l’hypertension, un seul comprimé présentait des niveaux de NDMA presque 20 fois plus élevés que les 96 nanogrammes acceptables, et presque tous étaient des médicaments qui sont pris quotidiennement. Une fois qu’elle pénètre dans les eaux souterraines, la NDMA est méchante à en sortir, comme les citoyens de nombreuses villes de Californie l’ont découvert à la fin des années 1990. Sa miscibilité »(solubilité rapide) avec l’eau est extrême, ce qui signifie que quelques gouttes se répandent rapidement sur des kilomètres de aquifères souterrains ou autres approvisionnements en eau en quelques heures ou jours au plus. Pour cette raison, il est presque impossible d’isoler la contamination une fois qu’elle se produit, la seule solution étant alors un traitement de l’eau radical et coûteux partout dans l’aquafer, utilisant principalement la lumière ultraviolette Depuis 1987, lorsque le Congrès et l’administration Reagan ont conclu un accord corrompu avec Big Pharma pour interdire l’importation au détail de produits pharmaceutiques aux États-Unis, les démocrates ont fait pression pour permettre aux Américains d’obtenir leurs médicaments sur ordonnance d’autres pays lorsqu’ils sont trop chers ici (ce qui est presque toujours le cas; nous payons environ deux fois plus pour les médicaments que tout autre pays dans le monde). En 2000, le Congrès a adopté une loi autorisant l’importation de médicaments au détail, mais l’administration Clinton, fortement financée par l’industrie des soins de santé, l’a tué administrativement. Néanmoins, les démocrates progressistes ont fait pression pendant des années pour l’élimination de l’interdiction. J’ai rencontré Bernie Sanders pour la première fois quand j’habitais à Montpelier, au Vermont, au tournant du siècle et il organisait des chargements de bus d’aînés du Vermont pour voyager les deux heures à Montréal pour remplir leurs ordonnances. Et maintenant, dans une autre position politique populaire empruntée aux démocrates progressistes (qui s’opposent également aux accords commerciaux néolibéraux depuis des décennies), l’administration Trump parle de laisser les consommateurs américains acheter des médicaments au Canada ou à l’étranger. L’inconvénient est que les médicaments génériques vendus au Canada sont tout aussi susceptibles d’être fabriqués en Inde et en Chine, et donc tout aussi contaminés, que les médicaments vendus ici. L’avantage est que parce que les médicaments canadiens seront moins chers, certains d’entre nous peuvent se permettre d’acheter les versions de marque fabriquées en Allemagne, en Suisse ou en Irlande et vendues au Canada, et ne pas s’inquiéter de contracter le cancer de la NDMA dans nos médicaments génériques. (Oui, je veux dire sarcastiquement.) Il fut un temps où pratiquement tous les médicaments vendus aux États-Unis étaient fabriqués ici, y compris les génériques, ou en Suisse et en Allemagne. Le Congrès a accordé un allégement fiscal spécial aux fabricants de médicaments américains qui déménageraient leurs usines à Porto Rico, et pendant des décennies, ce fut le centre de la fabrication de médicaments aux États-Unis. Mais au cours des dernières décennies, le néolibéralisme a gagné, et seule une fraction des installations pharmaceutiques de San Juan et de ses environs sont toujours en activité. Trump a adopté la position traditionnellement démocrate et progressiste de ramener la fabrication aux États-Unis, un projet sur lequel les sénateurs progressistes, dont Sherrod Brown et Bernie Sanders, ont travaillé sur toute leur carrière politique moderne. Il est temps de l’appliquer à la fabrication de produits pharmaceutiques ou du moins d’insister sur des réglementations mondiales qui peuvent protéger tout le monde. Bob Médicaments contenant des cancérogènes connus. On dirait que c’est une victoire, gagnez, gagnez tout autour. Big Pharma fait plus d’argent. Les politiciens nationaux obtiennent plus de dons ». Pour être clair, les dons sont des pots-de-vin. Nous avons un cancer Rincez et répétez. JBird4049 Quand on m’a dit que je ne pouvais pas acheter mes ordonnances à ce supposé enfer dystopique, je savais que le Canada savait que la FDA était moins honnête que le National Inquirer. Au moins, nous savons que le plan Go Die America du gouvernement américain va bon train. m sam m sam rd La réduction du tabagisme joue un rôle énorme, mais nous avons également des contrôles des émissions automobiles et industrielles réduisant la pollution de l’air dans les villes, le contrôle de la pollution et le traitement des eaux usées, et un pourcentage accru de personnes sur l’approvisionnement public en eau qui contribuent tous. Tout cela a commencé dans les années 1970. Je considère que le mouvement anti-vaccin et la pression pour la déréglementation des règles environnementales sont similaires. Bon nombre des problèmes historiques ont été considérablement réduits, de sorte qu’ils s’éloignent de la conscience publique et les aspects secondaires commencent à guider la prise de décision. Les gens et les communautés sont donc choqués lorsque la rougeole revient. Ils seront également choqués par ce qui s’en vient dans l’utilisation des terres, la qualité de l’eau, etc., en particulier dans les communautés rurales proches des zones industrielles. L’objectif du leadership américain actuel est de transformer le pays en Houston sans réglementation de zonage, peu d’exigences de conception, etc. Nous avons vu à quel point cela a bien fonctionné dans la tempête tropicale Harvey et certains autres événements au cours des dernières années. Il sera finalement déversé sur les tribunaux pour faire face aux impacts les plus flagrants. xkeyscored L’article semble dire que la NDMA peut être éliminée des aquafers: il est presque impossible d’isoler la contamination une fois qu’elle se produit, la seule solution étant alors un traitement de l’eau radical et coûteux partout dans l’aquafer, utilisant principalement la lumière ultraviolette. » Cela me semble hautement improbable. Comment feriez-vous pour que les UV pénètrent à fond dans les aquafers? Je soupçonne qu’une fois là-bas, il est là pour rester, assez près, bien que les UV puissent être utilisés, souvent en combinaison avec du peroxyde d’hydrogène, pour détruire la NDMA plus accessible. Bob Le traitement aux UV est courant, qu’il soit utilisé pour les courants d’air (pensez aux hôpitaux) ou comme traitement de l’eau. Généralement, ces systèmes utilisent une source de lumière UV pour envoyer la lumière UV à travers le flux d’air ou à travers le flux d’eau. Maintenant, bien sûr, il y a des limites, mais considérez le Steripen commun comme un exemple souvent utilisé pour traiter l’eau potable dans l’arrière-pays. Probablement pas adapté pour traiter les aquifères souterrains, mais une fois remonté à la surface, il peut être un moyen efficace de traitement de l’eau. Leroy Oh Shiloh1 Boîte à savon, urne, boîte à jury, boîte à munitions. Arizona Slim lourdaud Ce seront de petits bougres chers; adhérez à l’introduction en bourse! Zachary Smith Cette entreprise dit qu’elle teste les médicaments sur ordonnance qu’elle vend. Je paie environ le double du prix du magasin Big Box pour le mien. C’est comme acheter des produits biologiques à l’épicerie – peut-être que vous obtenez ce qu’ils prétendent et peut-être pas. Ce n’est pas amusant du tout d’obtenir une lettre type vous informant que vos médicaments ont été contaminés par des produits chimiques dangereux. Étant donné les enjeux avec le Cancer Pills Big Pharma est si heureux de nous vendre, je pense que cela vaut le coût supplémentaire. Chaque républicain et libertaire sait que c’est un péché pour le grand gouvernement de protéger les citoyens contre la nourriture ou les médicaments contaminés. E Williams Étudiez cette peine de fumer »de la Food, Drug and Cosmetic Act, qui se lit, à 21 USC 374 (a) (1): Aucune inspection autorisée par la phrase précédente ou par le paragraphe (3) ne s’étend aux données financières, aux données de vente autres que les données d’expédition, aux données de tarification, aux données du personnel (autres que les données relatives à la qualification du personnel technique et professionnel exerçant les fonctions soumises au présent chapitre) , et les données de recherche (autres que les données relatives aux nouveaux médicaments, aux antibiotiques, aux dispositifs et aux produits du tabac et soumises à déclaration et inspection en vertu des règlements légalement émis conformément à l’article 355 (i) ou (k) du présent titre, l’article 360i du présent titre, section 360j (g) de ce titre, ou sous-chapitre IX et données relatives à d’autres drogues, dispositifs ou produits du tabac qui, dans le cas d’une nouvelle drogue, seraient soumis à déclaration ou inspection en vertu des règlements légaux édictés en vertu de l’article 355 ( j) de ce titre). ” La phrase dit, essentiellement, que la FDA ne peut pas inspecter les dossiers financiers, de vente, de prix, de personnel ou de recherche d’une société pharmaceutique. Cette section de la FDCA rend les sociétés pharmaceutiques invisibles à la réglementation. Aucun gouvernement n’aura jamais le pouvoir de réglementer – ou de négocier avec – une société pharmaceutique tant que nous n’aurons pas enlevé cette cape d’invisibilité. Oh rd JBird4049 Les Américains ont pu acheter des médicaments au Canada depuis des décennies. Ou du moins ils l’étaient. À l’époque où je n’avais pas d’assurance maladie, je pouvais aller en ligne et l’envoyer du Canada à mon bureau ou à ma porte d’entrée. Bien sûr, la FDA, dans sa bienveillance, a décidé de sévir contre l’importation de drogues canadiennes potentiellement dangereuses. Autant que je sache, vous pouvez toujours les faire expédier du Canada, c’est juste un plus grand risque qu’ils soient interceptés, c’est tout. Jusqu’à présent, aucun Américain n’a été arrêté pour avoir utilisé de telles drogues illégales. (Je pense. Le monde devient chaque jour plus irréel.) Ensuite, l’opération Go Die, le plan de la FDA pour sauver les Américains de ces dangereux médicaments sur ordonnance étrangers. fajensen Toute cette bureaucratie entraverait simplement le progrès :) . Ici, dans l’UE, on peut en effet obtenir des ordonnances sur Internet, ce qui est utilisé exactement comme on pourrait l’imaginer – pour obtenir des médicaments de qualité contrôlée que le vrai médecin hésite à signer. Les médicaments classés comme drogues sont difficiles à obtenir car ils sont «bruyants» – les douanes les trouveront et retraceront la prescription jusqu’aux origines. Les stéroïdes anabolisants et les «activateurs chimiques» similaires sont apparemment beaucoup plus faciles à importer «légalement»: il y a toujours des sportifs amateurs de la classe moyenne, sans liens criminels évidents, qui se clouent sur le dopage eux-mêmes! JohnM Susan l’autre Il est juste ce mec Surtout quand les grandes sociétés pharmaceutiques sont plus risquées que les drogues illicites, et la drogue la plus dangereuse, l’éthanol est disponible gratuitement et surtout légal. Charger01 RBHoughton Carla En d’autres termes, à part la grande société de génériques Apotex, pouvez-vous nommer une autre société pharmaceutique canadienne? Certes, les compagnies pharmaceutiques américaines ont souvent des activités au Canada, mais je soupçonne que ce sont principalement des armes de vente / distribution. En d’autres termes, ces médicaments canadiens sont principalement des médicaments réimportés des États-Unis ou de l’UE.

Quatre outils puissants pour optimiser votre moteur de recherche

22 juin 2020 Catégorie :Uncategorized Off

Je pense que vous serez d’accord avec nous lorsque nous dirons: il est vraiment difficile d’obtenir des conversions à partir des réseaux sociaux. » Des heures de création et de curation plus tard, tout ce que nous obtenons sont quelques likes ou simplement des demandes basiques. Mais que se passe-t-il si nous vous disons qu’obtenir des prospects à partir des médias sociaux n’est pas très difficile à casser? En fait, en utilisant les outils mentionnés ci-dessous, nous avons réussi à obtenir 89 nouvelles demandes de renseignements au cours de la seule semaine dernière. C’est une augmentation stupéfiante de 594% par rapport aux pistes 12-13 qui ont réussi à se faufiler auparavant. Cela semble incroyable? Eh bien, notre potion magique est certainement un mélange de quelques astuces et outils qui nous ont aidés à réaliser cet exploit. Mais le plus important, c’est le résultat de mois d’essais, de tests et d’efforts pour maintenir la communauté sociale engagée grâce à des publications et analyses fréquentes. Papier blanc Que sont exactement les conversions sur les réseaux sociaux? Les conversions à partir des médias sociaux peuvent être n’importe quoi – de gagner de nouveaux abonnés à votre liste de diffusion, plus de téléchargements d’applications, de visites de sites Web, à la fermeture des ventes via vos canaux sociaux. Ces conversions sont un élément important des services et de la stratégie de marketing numérique. La question est maintenant de savoir comment, en tant que spécialiste du marketing, obtenez des conversions significatives de vos canaux de médias sociaux? Pour vous aider, nous avons dressé une liste de nos outils de médias sociaux les plus fiables pour le marketing qui nous ont aidés à prendre l’avantage sur nos concurrents: 1. Ace votre jeu social avec Agorapulse Agorapulse est un outil de communauté sociale et de modération qui aide les entreprises à gérer tous leurs profils de réseaux sociaux. En outre, il vous aide à collecter des données critiques telles que des statistiques et des rapports pour vous aider à obtenir des informations de haute qualité, à concevoir et à exécuter des campagnes de médias sociaux efficaces. C’est l’outil ultime des médias sociaux, car vous pouvez le connecter à chaque compte social que vous exécutez. De plus, il fournit également une plate-forme CRM qui le rend efficace pour les tâches axées sur les ventes. Fonctionnalités Agorapulse Boîte de réception sociale Une caractéristique étonnante d’Agorapulse est sa «boîte de réception sociale». Si vous êtes le genre de marque qui aime rester connecté avec vos clients et surveiller chaque mention de marque, Agorapulse est l’outil qu’il vous faut. Toutes vos notifications de médias sociaux apparaîtront dans la boîte de réception sociale, vous pouvez donc prendre des mesures et répondre aux commentaires et aux mentions directement à partir de cette boîte de réception sociale. Écoute sociale En tant qu’outil d’écoute sociale, Agorapulse peut également trouver des mentions de votre marque sur les réseaux sociaux, où vous n’avez pas été tagué. Cela vous aide généralement à identifier les avis négatifs et à sentir une crise avant la catastrophe. Vous pouvez également configurer des recherches personnalisées pour la requête ou le mot clé que vous souhaitez. Planification de contenu et mise en file d’attente La planification est également plus facile avec les catégories. Avec le plugin Chrome, vous pouvez planifier du contenu où que vous soyez. Source: Agorapulse Analyse d’audience En tant qu’entreprise B2B, il est important de savoir si vos clients sont intéressés par le contenu social de votre marque. Agorapulse vous permet de voir vos followers les plus engagés, qui sont plus susceptibles de devenir des clients ou des clients dans un avenir proche. Analyses et rapports Agorapulse se distingue par ses rapports analytiques approfondis. Ces rapports aident à mesurer votre retour sur investissement sur les réseaux sociaux pour voir si vos efforts sur les réseaux sociaux portent leurs fruits. Comparez les performances de votre page à celles de vos concurrents, pour savoir où vous manquez. Tarification Agorapulse, au-delà de la période d’essai, est un outil payant. Mais si vous souhaitez vraiment obtenir des prospects et des conversions sur les réseaux sociaux, c’est certainement celui sur lequel nous vous recommandons de dépenser. Les plans Agorapulse se déclinent en quatre gammes de prix différentes. Moyen – 99 $ / mois Les clients Agorapulse reste l’outil de gestion sociale préféré de grands noms comme Ogilvy, Disney, Dove et Yves Saint Laurent. 2. Comprendre votre audience sur les réseaux sociaux avec Socialbakers Socialbakers est un outil qui peut gérer et mesurer tout, des médias sociaux à votre public en un seul endroit. Il vous aide à découvrir les personnalités de vos clients, quel contenu leur convient et quels influenceurs aiment-ils. L’une des choses les plus importantes avec les médias sociaux est de comprendre le type de contenu qui résonne avec votre public. Apprendre à savoir ce que vos abonnés aiment et avec lequel vous vous engagez vous aide à créer des publications et du contenu plus pertinents pour l’avenir. Après tout, le contenu est créé dans le but latent d’obtenir des clients à long terme. Entrez Socialbakers – un outil analytique tout-en-un qui vous aide à tirer le meilleur parti de vos données. Fonctionnalités de Socialbakers Création de rapports détaillés Les gestionnaires de médias sociaux ont souvent du mal à créer des rapports de performance personnalisés pour revoir leurs efforts sur les réseaux sociaux. Avec les boulangers sociaux, vous pouvez obtenir un rapport analytique complet planifié dans votre boîte de réception à des intervalles de temps définis. Enregistrez-le sous forme de présentation ou de feuille Excel ou PDF à parcourir au besoin. Source: Socialbakers Analyse de la concurrence La fonction de comparaison multiple de Socialbakers vous permet de vous mesurer à 10 autres marques similaires de votre industrie, afin que vous puissiez identifier votre position. En reconnaissant leurs forces et leurs faiblesses, vous pouvez créer une meilleure stratégie de contenu. Engagement social Découvrez quel contenu clique avec votre public, pour en savoir plus sur ce qui fonctionne et engager les téléspectateurs. Surveillez les performances de vos réseaux sociaux sur différentes plateformes pour voir quel canal social fonctionne le mieux. Connaissez votre public le plus engagé De plus, la fonctionnalité «Évolution du temps de réponse» de Socialbaker vous permet de déterminer le délai d’engagement le plus élevé, vous pouvez marquer l’heure exacte à laquelle vos messages doivent être publiés pour obtenir plus de réponses. Tarification Socialbakers propose deux plans tarifaires qui sont déterminés par le nombre de profils que vous souhaitez gérer avec. 10 profils – 19 $ / mois 20 profils – 38 $ / mois Partagez cet article Les clients Socialbakers est l’outil de choix pour des marques comme Sony, Samsung, Nat Geo, Vodafone, Walmart, etc. 3. Intégrez des applications, gagnez du temps et augmentez vos ventes avec Zapier Zapier est un outil d’automatisation en ligne qui connecte deux applications ou plus. Il automatise les tâches répétitives simples, éliminant le besoin de codage et d’intervention humaine. L’automatisation Zapier vous aide à gérer vos réseaux sociaux et à passer du temps à vous engager dans des conversations clients significatives. Fonctionnalités Zapier Automatisez les tâches répétitives Zapier vous aide en créant des zaps ou des flux de travail rapides qui sont entièrement automatisés. C’est un assistant personnel qui fait peu de tâches pour vous. Publication croisée Le crosspostage sur différentes plateformes de médias sociaux est facile avec Zapier. Cela signifie que si vous publiez une nouvelle photo sur Instagram et que vous souhaitez la publier sur votre compte Facebook, vous n’avez pas besoin de le faire manuellement à chaque fois. De nombreuses personnes sont confrontées à des problèmes de publication croisée de leur contenu Instagram sur Twitter. Les images apparaissent sous forme de liens, qui doivent être cliqués et peuvent être consultés uniquement sur la plate-forme native. Zapier vous permet de créer des tweets d’images à partir d’Instagram qui peuvent être directement consultés sur Twitter. Synchronisation continue entre les applications Comme les gestionnaires de médias sociaux souffrent généralement d’un manque de temps, ils cherchent à automatiser des tâches simples, ces tâches pourraient être quelque chose de publier le même contenu sur différentes plateformes, publier des liens de blog sur les réseaux sociaux, enregistrer les pistes intéressées et les données du formulaire d’inscription à une feuille Google, et plus encore. Zapier allège la charge en automatisant tous ces processus. Modèles Zap La meilleure partie de Zapier est qu’il existe déjà des centaines de recettes de zap créées pour vous. Si vous n’êtes pas sûr, vous pouvez même personnaliser un zap, en spécifiant un déclencheur et l’action résultante. Tarification Zapier est un outil gratuit pour jusqu’à 100 tâches par mois et des zaps en une seule étape, mais si vous voulez des fonctionnalités avancées et plus de zaps, il existe quatre mises à niveau payantes. Entrée – 25 $ / mois Zaps en plusieurs étapes Professionnel – 61 $ / mois Équipe – 374 $ / mois Les clients Zapier fait confiance aux équipes, grandes et petites. Les utilisateurs populaires incluent le réseau BuzzFeed, Spotify, Adobe et Fox. 4. Obtenez des leads B2B de haute qualité avec Lusha Lusha est principalement un traqueur de courrier électronique et de numéro de téléphone. Il est conforme au RGPD et vous aide à obtenir les informations de contact des prospects B2B qui vous intéressent. Fait intéressant, vous pouvez même intégrer Lusha à votre force de vente pour capturer des prospects, des contacts et d’autres données de vente. Caractéristiques de Lusha Recherche e-mail et numéro de téléphone Nous avons essayé d’utiliser Lusha sur notre profil Linkedin et avons obtenu des résultats incroyables. Outre les personnes qui interagissent régulièrement avec notre contenu sur Linked in, nous avons approfondi et trouvé des contacts de personnes auxquelles nous étions intéressés à vendre nos services. Nous avons principalement ciblé les PDG, les responsables marketing et les principaux décideurs. Importation de données Avec une liste chaude de prospects qualifiés, nous avons pu créer des campagnes d’e-mails intelligentes. De plus, en utilisant les numéros de téléphone que nous avons obtenus via Lusha, nous avons pu proposer nos services sur les appels de vente. Le plugin fonctionne sur les plateformes LinkedIn, Gmail et Salesforce. Généralement, les informations de contact sont cachées sur LinkedIn, et pour contacter quelqu’un, vous devrez envoyer un message ou un e-mail. En cliquant sur un seul bouton, Lusha vous montre l’e-mail personnel, l’e-mail professionnel et les numéros de téléphone de la personne avec laquelle vous souhaitez entrer en contact. Tarification Le plan gratuit vous donne cinq crédits. Cela signifie que vous pouvez afficher les informations de contact de cinq profils différents. Cependant, si vous souhaitez exporter des contacts et les enregistrer dans votre CRM, consultant seo Lille vous devez acheter un plan payant. Lusha évalue ses plans sur la base du nombre de crédits Lusha. Vous avez le choix entre 3 forfaits. Professionnel – 75 $ / mois Premium – 149 $ / mois Entreprise – Prix sur consultation Lusha habilite certaines des meilleures entreprises du monde. Il s’agit notamment de Google, Uber, Dropbox, Facebook, Microsoft et plus encore. Plats à emporter Le trafic sur les réseaux sociaux a un faible taux de conversion de seulement 0,71% par rapport aux campagnes de recherche et au marketing par e-mail. Cependant, étant donné que nous effectuons un travail intelligent et surveillons régulièrement nos efforts, nous pouvons traire plus de prospects que d’habitude. Ce qui est vraiment important à noter, c’est la connaissance de chaque média social et la façon dont le public se comporte sur différentes plateformes sociales. Avec les outils de médias sociaux mentionnés ci-dessus pour le marketing, votre équipe de médias sociaux est mieux équipée pour les conversions. Si vous n’êtes toujours pas sûr de votre stratégie de conversion sur les réseaux sociaux, vous pouvez bénéficier des services de marketing numérique d’une agence expérimentée.

Adhésion et exportations de la Chine à l’OMC

19 juin 2020 Catégorie :Uncategorized Off

Le gouvernement chinois a considérablement restructuré et modernisé son économie pour accéder à l’OMC en décembre 2001. Cette colonne examine comment l’entrée à l’OMC a affecté différents types d’entreprises. Il constate que les entreprises privées et publiques sont devenues plus productives après l’entrée à l’OMC, mais ces gains de productivité ne se sont pas traduits par une plus grande propension à exporter pour les entreprises publiques. Le gouvernement chinois a considérablement restructuré et modernisé son économie pour se conformer aux normes de l’OMC en décembre 2001. Les ouvertures prescrites par l’accord d’adhésion de la Chine à l’OMC ont fait de son économie la plus ouverte de tous les grands pays en développement, et la Chine a accompli des progrès raisonnables dans le respect de ses obligations (Branstetter et Lardy 2008). L’adhésion de la Chine à l’OMC lui a permis de bénéficier du traitement de la nation la plus favorable, ce qui a amélioré l’accès des exportateurs chinois aux marchés étrangers. Dans le cadre du processus d’accession à l’OMC, le gouvernement chinois a également été invité à réduire les mesures restrictives sur le marché, y compris la réforme des entreprises publiques (entreprises publiques). L’entrée de la Chine dans l’OMC a été considérée comme ayant un impact significatif sur les exportateurs chinois dans les années 2000. Il existe de nombreuses études sur les effets de l’entrée de la Chine à l’OMC sur la croissance de sa productivité. Brandt et al. (2012) ont montré que l’économie chinoise a enregistré une croissance de la productivité plus élevée après l’adhésion à l’OMC et que cette croissance est principalement due aux entrées et sorties d’entreprises qui sont de plus en plus autorisées par les réformes décentralisées de la Chine. Yu et Jin (2014) ont observé l’impact positif des intrants intermédiaires importés sur la productivité des entreprises. Néanmoins, nous trouvons peu d’études qui examinent les différents effets que l’adhésion à l’OMC sur les exportateurs parmi les entreprises à capitaux étrangers, les entreprises nationales privées et les entreprises publiques. Exportateurs de type de propriété différent Les statistiques que nous avons calculées à partir des données au niveau de l’entreprise des machines et équipements électriques chinois, des équipements de télécommunications, des ordinateurs et d’autres fabricants d’équipements électroniques montrent que les modes d’internationalisation des entreprises varient selon les différents groupes de propriété (voir Wakasugi et Zhang 2015 pour plus de détails) . Après l’accession à l’OMC (2002-2007), par rapport à la période précédente (1998-2001), un grand nombre d’entreprises privées et étrangères sont entrées sur le marché intérieur, mais le nombre d’entreprises publiques est passé de 2 024 à 476 entreprises. , alors que la part en nombre d’entreprises est passée de 54% à 63% pour les entreprises privées nationales et de 30% à 33% pour les entreprises étrangères, la part des entreprises publiques est rapidement passée de 16% à seulement 4%. En supposant une théorie standard selon laquelle les entreprises entrent sur le marché intérieur et exportent avec une augmentation de la productivité, il est prévu que la fraction des exportateurs pour les entreprises publiques augmentera lorsque le nombre d’entreprises publiques diminuera. Cependant, la figure 1 montre qu’après l’adhésion à l’OMC, la part des exportateurs d’entreprises publiques est restée à 20%, tandis que celle des exportateurs parmi les entreprises nationales privées et étrangères est passée de 19% à 22% et de 68% à 72%, respectivement. . La conjecture standard de la relation entre la productivité et les exportations ne peut pas être simplement soutenue par les entreprises chinoises après l’accession à l’OMC. Figure 1. Fraction d’exportateurs par propriété Croissance de la productivité après l’adhésion à l’OMC Afin d’étudier la relation entre la productivité et les exportations, nous avons d’abord mesuré la productivité totale des facteurs des entreprises de 1998 à 2007, en suivant l’approche de Levinsohn et Petrin (2003). La figure 2 montre la croissance de la productivité des entreprises par propriété au cours de la période 1998-2007. Après l’accession à l’OMC, la croissance annuelle de la productivité des entreprises publiques a augmenté de 0,70, tandis que celle des entreprises privées nationales et étrangères n’a augmenté que de 0,30 et 0,36, respectivement, par rapport à la croissance annuelle de la productivité avant l’accession à l’OMC. Brandt et al. (2012) et Elliott et Zhou (2013) ont révélé une forte augmentation de la productivité des entreprises publiques après leur adhésion à l’OMC. 1 Cependant, les études précédentes n’avaient pas noté que la fraction des exportateurs des entreprises publiques à forte croissance de la productivité n’avait pas augmenté, par rapport à la fraction croissante des autres exportateurs, même avec une faible croissance de la productivité après l’accession à l’OMC. Cela soulève la question de savoir quelle était la raison des effets asymétriques de l’entrée à l’OMC sur la décision de l’entreprise d’exporter entre différentes propriétés. Figure 2. Croissance de la productivité totale des facteurs par propriétaire Remarque: Les trois types de propriété des entreprises sont les entreprises privées nationales (PDF), les entreprises d’État (entreprises publiques) et les entreprises à participation étrangère (FIE). Effet asymétrique de l’adhésion à l’OMC sur les entreprises privées et publiques Des études théoriques et empiriques révèlent que les entreprises à productivité plus élevée ont tendance à exporter (Bernard 1999, Melitz 2003 et Helpman et al. 2004). Cependant, à partir des données statistiques chinoises, nous constatons que le mode standard d’internationalisation n’est pas simplement applicable aux exportations des entreprises chinoises après l’accession à l’OMC. Nous avons statistiquement examiné les différents effets de l’accession à l’OMC sur la décision d’exportation des entreprises. Nous utilisons un modèle logit pour estimer la probabilité d’exporter. Après avoir contrôlé le ratio dette / actif, les subventions publiques et les facteurs variant dans le temps et spécifiques à la région, nous estimons comment les effets de la productivité et de la propriété sur la décision d’exportation des entreprises ont changé après l’accession à l’OMC, en fixant le mannequin OMC à zéro avant 2001 et un après 2002, et les EPE par défaut pour les nuls de fichiers PDF et SOE. La deuxième colonne du tableau 1 présente les résultats. Il convient de noter que le coefficient du terme d’interaction entre les entreprises publiques et l’OMC est négatif, tandis que les coefficients du terme d’interaction entre la PTF et l’OMC et le terme d’interaction entre les PDF et l’OMC sont positifs. Tableau 1 Effet asymétrique de l’adhésion de la Chine à l’OMC sur les entreprises publiques et les PDF Variables explicatives avec un an de retard Variable dépendante: Exporter (prendre la valeur 1 si les exportations sont fermes et 0 sinon) Coefficients 0,102 0,062 -0,700 0,112 Remarque: Les variables pour le ratio dette / actif, la subvention gouvernementale et les variables muettes pour les provinces / villes spéciales et l’année sont omises du tableau. Nos résultats suggèrent que les entreprises chinoises à productivité plus élevée sont plus susceptibles d’exporter indépendamment de la propriété, et que cette relation s’est accrue après l’accession à l’OMC. En outre, nous constatons que l’effet de l’adhésion à l’OMC sur les exportations est asymétrique entre les différents types de propriété – négatif pour les entreprises publiques tout en étant positif pour les entreprises nationales privées. Remarques finales La productivité croissante des fabricants chinois de machines électriques et d’électronique après l’adhésion de la Chine à l’OMC a largement accru leurs exportations. Le fait stylisé que les entreprises à productivité plus élevée tendent à exporter peut également s’appliquer aux exportations des entreprises chinoises. Mais en se concentrant sur la différence de propriété, les résultats de l’estimation statistique montrent que les effets de l’adhésion de la Chine à l’OMC sur les exportations des entreprises ne sont pas uniformes entre les différentes propriétés. L’effet de l’adhésion à l’OMC a été négatif pour les entreprises publiques. Les changements de politique en Chine visaient à libéraliser le marché intérieur, à améliorer l’accès aux marchés étrangers et à réformer les entreprises publiques après l’adhésion à l’OMC. L’effet asymétrique de l’adhésion de la Chine à l’OMC sur la décision d’exportation entre les entreprises nationales privées et les entreprises publiques peut être interprété comme le résultat de changements de politique afin de supprimer les traitements favorables accordés uniquement aux entreprises publiques pour leur promotion des exportations et les conditions défavorables accordées aux entreprises privées pour leurs exportations avant l’accession à l’OMC.

C’est l’économie

9 mai 2020 Catégorie :Uncategorized Off

Aujourd’hui, il avait presque raison, ou si vous préférez, même la plupart du temps. Celui-ci était intitulé Ce n’est pas l’économie, stupide »sur le résultat de l’élection de mi-mandat, ainsi qu’un commentaire différé sur l’élection présidentielle de 2016 (bien que, bien sûr, HRC ait remporté le vote populaire par trois millions de votes populaires, sinon le collège électoral). Son principal argument est que lors de ces deux élections, mais surtout à mi-parcours de la semaine dernière, l’état de l’économie était relativement peu important. L’argument est qu’il s’agit de Trump avec une croissance du PIB supérieure à 3%, un taux de chômage inférieur à 4%, une inflation largement sous contrôle, mais cette soi-disant bonne performance ne l’a pas beaucoup aidé, son parti ayant pris un coup assez sérieux (dont la taille toujours compté). Il voit également quelque chose de similaire en 2016, bien que l’économie ne soit sans doute pas aussi fortement favorable, mais tout de même tout à fait respectable sans aider évidemment le parti en place. En effet, en 2016, beaucoup considéraient que l’économie nuisait aux Dems, en particulier dans la ceinture de rouille. Il y a beaucoup de vérité à cela, avec beaucoup plus d’attention sur les questions ethniques et culturelles, bien qu’il ne faut pas oublier que le principal problème pour les Dems, les soins de santé, est au moins en partie un problème économique. Certainement un signe de la faiblesse de la question économique est la question de la grande réduction d’impôt GOP. Ils étaient tout à fait convaincus, lors de leur adoption en décembre dernier, que c’était leur billet pour une solide performance aux élections de mi-mandat. Et en effet, il est presque certain qu’au moins une partie de l’accélération de la croissance du PIB peut lui être attribuée, même s’il est en train de mettre en place l’économie pour une croissance plus lente. Donc, selon les vues habituelles, cela aurait dû aider le GOP. Mais finalement, il semble que ce soit un flop électoral. Il a toujours mal fait dans les sondages, et la plupart des GOP candidats à la réélection à la fin l’ont à peine mentionné. Mais alors, la principale source de mécontentement du public à l’égard de la réduction d’impôt est révélatrice. C’est l’inégalité massive qui lui est évidemment inhérente: la grande majorité des gains est allée aux extrémités supérieures des distributions de revenus et de richesses, et tout le monde le sait. Dans l’état actuel des choses, soi-disant la grande majorité des contribuables ont obtenu une réduction, mais pour la grande majorité de cette grande majorité, c’était une si petite réduction qu’ils l’ont à peine remarqué. En fait, Obama a accordé une réduction d’impôt plus importante en 2009, mais la même chose s’est produite alors. Lorsque le GOP a affirmé qu’il avait augmenté les impôts, une majorité d’électeurs les a crus. Ils ont à peine remarqué la coupe réelle qu’ils ont obtenue. Non, il ne semble pas que les électeurs soient bouleversés par l’augmentation du déficit, mais ils en veulent à une grande partie aux riches. Donc, en 2016 et en 2018, un problème majeur était que, bien qu’il y ait toutes ces statistiques agrégées attrayantes, une majorité de personnes n’a vraiment pas remarqué beaucoup d’amélioration. Oui, la sécurité de l’emploi s’est régulièrement améliorée, mais cela ne s’est toujours pas manifesté dans les augmentations de salaire, même si, semble-t-il, il y a eu une augmentation récente de celles-ci. Mais comme pour la réduction d’impôt, pas trop, ou peut-être trop peu trop tard. L’essentiel ici est que la plupart des gens ne voient tout simplement pas beaucoup d’amélioration économique, donc même si ce n’est pas négatif, l’économie n’est pas à distance le positif que beaucoup pensent qu’elle aurait pu ou aurait dû être. La plupart de ces gains sont allés au sommet, et cela se passait alors qu’Obama était également président. Il y a une autre question dans l’élection à mi-parcours où l’économie a peut-être montré son ancien rôle important, curieusement rapporté dans WaPo deux jours plus tôt. C’est qu’il semble que la guerre commerciale de Trump ait pu avoir un impact sur plusieurs races du Congrès, la plupart du temps pas en faveur du GOP. Il ne semble pas y avoir eu beaucoup d’impact, le cas échéant, sur les courses au Sénat, les candidats Dem en Indiana, au Dakota du Nord et au Missouri ayant perdu même en essayant de marquer contre la guerre commerciale de Trump. Mais soi-disant, le problème a joué pour les Dems dans plusieurs races où la culture du soja est un gros problème, notamment deux races dans l’Iowa, une dans l’ouest de l’Illinois, une dans le sud-ouest du Wisconsin et une dans le sud-est du Minnesota, les Dems renversant tous ces sièges tout en poussant dur sur la question commerciale. OTOH, l’un des deux sièges qui est passé de GOP à Dem était le siège nord-est du Minnesota. C’est là que la chaîne Mesabi est et est probablement encore la plus grande source de minerai de fer de tous les quartiers de House du pays. Quoi qu’il en soit, son économie est en plein essor grâce aux droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium. Donc, nous savons que jusqu’à présent, la seule industrie qui a vraiment bien réussi depuis la guerre commerciale de Trump a été l’acier, et il n’est donc pas surprenant qu’un district fortement dépendant de la production de minerai de fer prospère et favorise le GOP, tandis que les districts avec les industries, comme le soja, touchées par la guerre, iraient dans l’autre sens. Ainsi, l’affirmation de Samuelson que ce n’est pas l’économie, stupide », semble être un peu exagérée, sinon complètement fausse. kurtismayfield Larry Louis Fyne Robert Valiant Eureka Springs rd Je pense que ce graphique de la médiane des pays développés et de la richesse moyenne par adulte explique en grande partie pourquoi Trump a été élu, puis la Chambre a basculé à mi-parcours: La personne médiane sait que le système ne fonctionne pas pour elle et cherche des solutions. Pendant ce temps, le palier supérieur (essentiellement 10% mais surtout 0,1%) pense que tout va bien, car cela va bien pour eux. En tant que professionnel, nous allons bien et je m’assure que mes enfants ne s’endettent pas beaucoup et ont ouvert des comptes d’épargne-retraite afin qu’ils puissent se constituer un patrimoine pour éviter ce piège. Je pense que si tous les bateaux peuvent être levés et que la médiane de la richesse et du revenu moyens peut se resserrer et que le revenu et la richesse médians des États-Unis progressent contre d’autres pays développés, une grande partie de la rhétorique politique actuelle va mourir. Cependant, si les disparités augmentent et que le revenu médian des États-Unis prend encore du retard sur la scène mondiale, alors tout l’enfer pourrait se déchaîner. djrichard MartyH DonCoyote Passer l’intro MartyH tegnost Norme Il est peut-être vrai que la plupart des gens ne croient pas ce que le gouvernement dit au sujet du chômage, du PIB, de l’inflation et de toute autre statistique pouvant être massée. Mais le vrai problème est qu’aucun des partis, les républicains comme on pouvait le prévoir, et les Dems, tragiquement, n’offrent de véritables solutions programmatiques. Trump, étant beaucoup plus avisé politiquement (ou devrais-je dire averti du marché) que les dems pathétiques a offert une multitude de solutions économiques en 2016, et c’est ainsi que vous pouvez devenir président. (Il n’a pas / n’a pas pu livrer, mais c’est un autre sujet). Bernie a également offert un tas de narines économiques et dans une vraie démocratie, il aurait même pu avoir une chance de les réaliser (une mince chance mais on pourrait au moins espérer qu’il aurait montré plus de courage que Obama, qui a également articulé de nobles promesses, ont échoué à tous points de vue, mais ont quand même réussi à convaincre sa base, et probablement lui-même, qu’il était un succès). À moins que les démocrates ne trouvent et soutiennent des candidats qui promettent de vraies alternatives et puissent convaincre les gens qu’il est prêt à se battre pour eux une fois élus, il est insensé de qualifier une élection de économique. MartyH Juste mon 2 ¢ ;-) Massinissa Bouffées de chaleur Jeremy Grimm cnchal> C’est l’inégalité massive qui lui est évidemment inhérente: la grande majorité des gains est allée aux extrémités des distributions de revenus et de richesses, et tout le monde le sait. N’oublions pas la balade à fusée unique pour le marché de Stawk. Tout ce que les paysans peuvent faire est de regarder l’éclat rouge de la fusée en montant et de se mettre à couvert en descendant. Synoia rôti de mandrin Je vais devoir commencer à faire plus attention! Paul McG Sans blague, je pensais que la guerre entre les sexes était le principal problème des Dems. Et mec, les soins de santé ne sont pas au moins en partie un problème économique »- les soins de santé sont l’un des problèmes économiques les plus importants pour toutes les familles non zillionnaires en Amérique. Unna Je ne suis pas aussi bien informé sur l’économie que la plupart des gens sur ce site, mais avoir au mieux 60% de votre population employée « n’est pas bon car, comme on dit, cela crée une grande armée de réserve de chômeurs, avide d’emplois qui maintient les salaires réels bas. Les allégements fiscaux accordés par Trump aux riches n’ont pas résolu ce problème. Ils étaient des cadeaux égoïstes de Trump aux personnes qui font un don à Paul Ryan et Chuck Schumer – et les déplorables le savent. Pour moi, les résultats des élections à mi-parcours étaient quelque peu confus. Quoi qu’il en soit, le grand show down est dans deux ans. La meilleure façon pour les Dems de gagner est de discréditer Trump aux yeux des déplorables en tant que menteur à la fois sur l’économie et la guerre et de ne pas essayer de le discréditer davantage aux yeux des téléspectateurs CNN et NPR parce que la façon dont ils aiment le faire aliène les déplorables. Trump a remporté la primaire de Caroline du Sud contre les néo-conservateurs Rubio et Cruz pour une raison et ce n’était pas la position pro de Trump en matière de guerre. C’est parce que Trump a déclaré que les guerres étaient une erreur. Alors pourquoi les Dems ne peuvent-ils pas appeler Trump sur sa belligérance envers l’Iran et la Russie et son échec à mettre fin aux guerres? Et je suis sûr que nous connaissons déjà la réponse à cela. Parce que la politique étrangère de l’établissement Dem et la politique étrangère de l’établissement Repub ainsi que leur politique de financement du Pentagone sont les mêmes. Les Dems doivent offrir un plan qui accélère de manière crédible le pourcentage de personnes employées, augmente considérablement les salaires réels, diminue, et je veux dire en fait, réduit les coûts du logement, de la nourriture, des soins de santé et de l’éducation. Le parti, Dem ou Repub, qui est élu sur un tel plan et qui le fait gagnera le pouvoir pour une génération. Mais comme nous le savons, l’establishment Dem ne peut pas faire cela parce que Schumer, Pelosi, Clinton, Harris, Booker, Biden, Wall Street, le MIC, Big Tech, Big Pharma, et le reste – ainsi que presque tous les républicains. Les Dems aiment condamner Trump comme une sorte de bête politique aberrante qui pratique une politique non normale, qui les offense. Pourtant, ils ignorent consciencieusement le fait que dans un pays où la moitié de la population vit dans la pauvreté ou presque, vous n’avez pas le droit de vous attendre à une politique non normale ni le droit d’être à l’abri de diverses espèces de bêtes politiques. sharonsj Bingo! Environ un tiers de notre population active est au chômage depuis des années. De plus, la plupart des nouveaux emplois sont moins bien payés. Mon médecin de famille, qui est employé par la plus grande entreprise de soins de santé de Pennsylvanie, m’a dit que s’il se plaignait du système, il serait renvoyé. Et il sera remplacé par tout étranger diplômé en médecine car il existe un visa américain spécial (idem pour les infirmières). Ce visa permet aux entreprises de faire venir n’importe quel corps chaleureux de n’importe quel pays – sans vérification – tant qu’elles ont le diplôme approprié et qu’un travail les attend. C’est dans la foulée de l’externalisation des diagnostics radiologiques (en cours depuis au moins une décennie). Et la fabrication de beaucoup de nos médicaments en Chine (malgré leur terrible bilan en matière de contrôle qualité). Pendant ce temps, le Congrès dit aux Américains que l’importation de drogues du Canada est trop dangereuse…. Jeremy Grimm Je crois que votre médecin fait référence au programme de visa H-1B. S’il est vrai que son employeur peut faire venir un médecin ou une infirmière étrangère, ce médecin ou cette infirmière étrangère devra toujours être autorisé à exercer par votre État. Les médecins de la plupart des États ont rendu ce processus long et difficile pour les médecins. Les médecins ont une union ancienne et encore très puissante. Les infirmières ont également un syndicat fort, mais pas aussi solide ou protecteur que le syndicat des médecins. D’autres appels qui nécessitent au moins un baccalauréat sont également exposés aux visas H-1B et ont déjà considérablement souffert. Les «ingénieurs» – à l’exception des ingénieurs professionnels relativement particuliers et moins courants »dans la pratique privée – n’ont pas de syndicats à proprement parler et, à mon avis, former un syndicat d’ingénieurs reviendrait à essayer de faire marcher dix sacs de chats de couloir en même temps. classer et classer dans un défilé. RMO tegnost Michael Fiorillo Poutine est machiavélique? C’est bien au-delà: la plupart des libéraux que je connais pensent qu’il a des pouvoirs occultes. marmottes de drumlin Ce n’est pas l’économie, stupide. C’est l’économie stupide.  » Massinissa marmottes de drumlin Darthbobber Il y a un décalage entre l’économie qu’une grande partie de la population connaît actuellement et l’économie (entièrement macro et agrégée) qui est vantée chaque jour par les médias. Ils vantent l’économie prétendument en plein essor et le faible taux de chômage depuis la fin de 2014 au plus tard, et l’échec de la marée montante à soulever une grande partie des bateaux est enterré dans les petits caractères. Lorsque mentionné du tout. marmottes de drumlin marku52 Seamus Padraig Steven Greenberg nlowhim Oui, l’économie n’a pas été tout cela depuis 2008. Bien que la propagande de droite ait fait volte-face après les élections de 2016, il n’en reste pas moins que c’est une économie faible pour les non-monopoles. C’est simplement énoncer un fait. Qui cherchait toujours le chômage général au lieu de la participation au travail est encore un autre défaut. Bien sûr, les bénéfices vont très bien, mais cela ne se voit pas en termes de meilleures dépenses publiques (infrastructures, etc.). L’accord d’Amazon avec NYC est révélateur. Plus d’emplois, bien sûr, mais Amazon voulait essentiellement recevoir de l’argent pour déménager là où il y a des infrastructures du premier type mondial. Quelque chose dans lequel ils ne veulent pas payer.

Cela saigne à la Silicon Valley

26 mars 2020 Catégorie :Uncategorized Off

La montée aveuglante de Donald Trump au cours de la dernière année a masqué une autre tendance majeure de la politique américaine: le retournement palpable, et peut-être permanent, contre l’industrie de la technologie. Les nouveaux léviathans d’entreprise qui étaient considérés comme de nouveaux avatars brillants de l’innovation américaine sont de plus en plus décrits comme de sinistres nouveaux centres de pouvoir inexplicable, une transformation susceptible d’avoir des conséquences majeures pour l’industrie et la politique américaine. Ce virage s’est accéléré ces derniers jours: Steve Bannon et Bernie Sanders veulent tous les deux que les grandes technologies soient traitées comme, selon les mots de Bannon à Hong Kong cette semaine, «œ ​​les services publics». Tucker Carlson et Franklin Foer ont trouvé un terrain d’entente. Même le groupe No Labels, un effort exquisément testé par les sondages pour créer un nouveau centre sûr, est à bord de Rupert Murdoch, n’hésitant pas à utiliser son pouvoir médiatique pour faire avancer ses intérêts commerciaux, travaille dur. «  L’anti-trust est de retour, bébé  », Luther Lowe, chef des politiques de Yelp, m’a fait un message après que Fox News lui ait donné plusieurs minutes pour plaider la cause antitrust contre le géant rival de Google, Google, auprès de millions de personnes. Le nouveau coup de projecteur sur ces entreprises ne vient pas de nulle part. Ils se situent, au fond, au cœur des problèmes les plus importants et les plus urgents auxquels sont confrontés les États-Unis, et se situent souvent du côté le moins populaire de ceux-ci: automatisation et inégalité, confiance dans la vie publique, vie privée et sécurité. Ils font valoir que la croissance et la transformation sont des biens publics »» mais le public peut ne pas être d’accord. L’industrie de la technologie a également profité pendant des années de ses ennemis, qu’elle a moulés «souvent avec précision» comme des Luddites qui ne comprenaient vraiment pas la série de tubes dont ils se moquaient, ou des industries protectionnistes qui ne voulaient pas le meilleur pour les consommateurs. . Cela aussi est terminé. Les opportunistes et les idéologues ont rassemblé les débuts d’une véritable coalition contre ces entreprises, avec un noyau politique composé de réfugiés de l’unité de réflexion la moins préférée du patron de Google, Eric Schmidt. Les nationalistes, avec exactitude, voient une consolidation du pouvoir sur le discours et les idées des libéraux sociaux et des mondialistes; la gauche, avec précision, voit le pouvoir consolidé des entreprises. Ce sont les ailes ascendantes des partis républicains et démocrates, avant même que Donald Trump envoie le jet occasionnel de bile de Jeff Bezos  » et sa porte-parole refuse, comme elle l’a fait en juin, de défendre Google contre les régulateurs européens. Cela a conduit à une sorte de meurtre sur l’alliance Orient Express contre les grandes technologies: tout le monde veut les tuer. Facebook devrait donc probablement cesser de faire des déclarations fades et des séances de photos maladroites, et commencer à s’inquiéter des témoignages du Congrès. Amazon, dont le pouvoir de marché ne tombe pas dans les catégories envisagées par la loi antitrust pré-internet, développe un lobby bipartisan qui veut le briser. Les efforts de Google en matière d’affaires publiques commencent à ressembler un peu à ceux de l’industrie pétrolière. Ce sont les collisions existentielles avec le pouvoir politique qui peuvent secouer et redéfinir les industries et leurs dirigeants, et non les jeux réglementaires nickel-dime que la Silicon Valley a joués à ce jour. L’industrie a connu une course remarquable. Les entreprises en son centre «  » Facebook, Google, Amazon et Apple sont les marques qui définissent «  » sont appréciées des consommateurs, véritablement mondiaux, dominants sur les marchés. Ils ont également pu se concentrer sur leur popularité et leurs produits incroyables tout en obtenant une large part de la politique à ses niveaux supérieurs. Ils dépensent des dizaines de dollars pour faire du lobbying «  » La société mère de Google, Alphabet, est devenue l’un des principaux dépensiers en lobbying ces dernières années «  » pour garder les collecteurs d’impôts et les régulateurs des communications à distance, mais ils n’ont jamais eu à se battre pour leur identité marées qui ont défini d’autres grandes industries américaines. Il est facile d’oublier que les prospecteurs de pétrole et les commerçants de junk bond ont également connu des moments de gloire; maintenant Wall Street et les industries pétrolières se résignent à un accroupissement défensif. Ce type de changement politique se produit lentement jusqu’à ce qu’il se produise rapidement. Uber a fourni un nouveau modèle à un géant de la technologie transformatrice pour percer avec une marque sombre et négative. La culture interne toxique et les pratiques commerciales voyous de l’entreprise étaient de purs prolongements des clichés de la Silicon Valley, pas particulièrement différents des choses pour lesquelles Microsoft était jadis admiré, ou des premières années d’Amazon plus ouvertement rapaces. Mais le récit avait changé »». L’inégalité et la misogynie étaient des préoccupations centraméricaines, pas aussi faciles à effacer le passé. Uber est le seul à descendre jusqu’à présent. Un sondeur m’a récemment montré des chiffres qui mettaient les chiffres favorables de la plupart des marques technologiques géantes dans les années 80 et 90; seul Uber a moins de 50 ans. Mais ce processus «appelons-le Uberization» semble aller dans le sens des autres, rapidement, et il a le potentiel de jeter une ombre sur les marques ensoleillées des autres géants de la technologie. Vous pouvez voir les pistes tracées pour chacun des géants de la technologie, et il n’y a aucun moyen clair de s’écarter de ce chemin «» vers des numéros de sondage à la baisse et une politique sale et normale »» pour aucun d’entre eux. Pour Facebook, son entrée dans la politique est synonyme de problèmes d’une manière que sa vie privée ne trébuche pas, ni le contrôle des médias. L’entreprise était heureuse, en 2014, d’être considérée comme un acteur politique majeur. À l’époque, il était impatient de travailler sur un projet partageant des données de sentiment; J’ai écrit un article annonçant le partenariat et prédisant que Facebook «remplacerait la publicité télévisée comme le lieu où les élections américaines se déroulent et se gagnent». C’est exactement ce qui s’est produit et cela est considéré par beaucoup comme une catastrophe. Maintenant, la politique et les nouvelles sont si dangereuses pour la marque Facebook que sa nouvelle plate-forme vidéo, Watch, n’en a pas. Mais il semble qu’il soit trop tard. Bien que la société ait initialement rejeté l’idée qu’elle pourrait avoir un pouvoir électoral, Margaret Sullivan du Washington Post a récemment déclaré le consensus: «œ Donald Trump serait-il président aujourd’hui si Facebook n’existait pas? Bien qu’il y ait une longue liste de raisons pour sa victoire, il y a de plus en plus de raisons de croire que la réponse est non. Et cela vient des alliés naturels de Facebook à gauche, pas des conservateurs qui n’aiment pas les vues sociales progressistes de l’entreprise. Google, quant à lui, a un problème avec Goldman Sachs: son image lisse a fait des tentacules. L’industrie des médias, qui arrive à raconter l’histoire, voit qu’elle tire des revenus des salles de rédaction aux côtés du reste de l’industrie de la publicité. Les conservateurs de Matt Drudge «la seule figure médiatique qui n’a jamais eu de compte Gmail» »de Tucker Carlson le voient comme une sorte de grand frère à gauche. Pourtant, il y perd aussi des amis. Le jeu long et tranquille de la douce influence de Washington sur la société a tourné au noir lorsque la fondation New America  » longtemps considérée comme un canal inoffensif pour une philanthropie technologique digne  » a expulsé le spécialiste antimonopole Barry Lynn et son équipe après qu’Eric Schmidt eut perdu son sang-froid. . La présence de longue date de Google à Washington, DC, reflète sa reconnaissance précoce qu’il était vulnérable à ces préoccupations antitrust, et quiconque a reçu la boîte Google+ dispersée et semi-brisée sur les résultats de Yelp ou TripAdvisor ou Zocdoc peut au moins voir cet argument . Le défi d’Amazon est différent. La société a navigué assez facilement dans la politique publique, et la renaissance du Washington Post par Jeff Bezos a profondément changé la façon dont les médias le voient. Contrairement à Facebook et Google, Amazon n’est pas engagé dans une guerre de tranchées quotidienne avec les médias pour générer des revenus publicitaires. Cela enlève une partie de la pression. Mais Amazon fait face à un dossier économique substantiel contre elle, et est la cible numéro un pour une nouvelle vague d’arguments réglementaires dans le sens de «  Le monopole d’Amazon doit être brisé  » de Foer.Il contrôle 43% du commerce en ligne, ce qui semble l’avoir aidé. battre un concurrent direct sur le marché du streaming, Apple TV. Sa nouvelle poussée dans les épiceries physiques rend cette portée impossible à manquer pour les consommateurs. Et tandis que Google a fait du savant de la Nouvelle-Amérique Barry Lynn un martyr, les vues de lui et de sa collaboratrice Lina Khan ont été façonnées en étudiant le contrôle d’Amazon sur le livre, puis sur les marchés de détail plus larges. Lynn a écrit un document de position en 2015 pour les libraires, et Amazon est l’étude de cas de Khan pour refaire la loi antitrust. La technologie n’est manifestement pas prête pour cette nouvelle ère. Ils ont joué la politique de la petite balle de la réglementation et se sont frayé un chemin avec des taux d’approbation incroyablement élevés. Mais il y a des signes qu’ils sentent le vent changer. Vous pouvez généralement détecter les problèmes d’un personnage politique à partir de sa surcompensation, et la tournée de Zuckerberg dans le Midwest avait toutes les caractéristiques d’une réaction classique à une question de sondage politique spécifique: «  Est-ce qu’il se soucie de gens comme moi? Cette décision a été largement mal interprétée comme une sorte de début dans la carrière politique de Zuckerberg. Mais Zuckerberg, c’est Facebook, et son image est celle de son entreprise. Sa mission était de réparer l’image de l’entreprise, et je ne suis tout simplement pas sûr que celle-ci soit réparable. Vous pouvez voir comment cela se passe dans un récent échange entre Mark Halperin et le représentant Adam Schiff, dans lequel Halperin a demandé à Facebook: «  œ Ont-ils fait passer les bénéfices avant le patriotisme dans leur conduite pendant la campagne? Cela ne veut pas dire que la fin est proche pour ces nouveaux géants »ou même pour Uber, dont l’activité est, dit-elle, toujours en croissance. Juste que l’âge d’or est terminé. La nouvelle ère pour eux sera une politique normale, une réglementation normale, avec des sénateurs californiens au fond de leurs poches qui se battent pour eux aussi fort que les Texans se battent pour le pétrole, mais avec un courant bipartisan profond qui coule contre eux. Ils en gagneront et en perdront, et certaines de leurs pertes peuvent être aussi graves que ce qui est arrivé à Microsoft dans les années 1990 quand il a volé trop près du soleil  », puis a fait face à un procès antitrust qui a failli briser l’entreprise. et probablement changé suffisamment pour bénéficier, entre autres, Google. Les gens qui regardent cela de loin suggèrent parfois que la technologie a tout simplement trop d’argent pour s’arrêter. Ça n’a pas de sens. La politique est dirigée par des politiciens, et bien qu’ils aiment l’argent, ils aiment davantage l’attention. Les gens qui pensent que l’argent dépensé par la technologie peuvent acheter une protection contre le système politique comprennent mal leur dynamique: les transferts d’argent dénommés simplement «  financement de la campagne  » sont à parts égales de corruption et d’extorsion, et le système fonctionne mieux lorsque la cible est effrayée. Et la classe politique peut sentir le sang. Cette campagne Zuckerberg était, pour le monde politique, du sang dans l’eau, signe d’une nouvelle vulnérabilité autour de son entreprise et de son industrie. C’est un point de départ difficile devant le comité. une- « Nous avons laissé cela se produire lorsque nous n’avons pas détruit l’industrie du tabac lorsque les PDG ont menti au visage du Congrès. Ensuite, laissez Big Finance faire de même. » « Honnêtement, si la technologie est soumise à la réglementation, l’économie américaine est foutue » « Il sera intéressant de voir comment l’image de soi des bienfaiteurs de génie de la technologie traite de la perception du public des sociopathes autorisés + surpayés » « Bien. Il est temps de mettre un harnais sur les bêtes. Ils veulent armer les gens avec leur politique, se préparer à faire du » fair-play « . » « Le lobbying, l’engagement des parties prenantes, la messagerie et la formation de coalitions sont essentiels mais pas suffisants. Si les grandes technologies veulent éviter le sort d’autres industries qui ont rapidement consolidé leur pouvoir de marché, elles devront apporter des changements proactifs aux affaires et aux politiques qui répondent aux principales préoccupations des critiques. . J’espère qu’ils le feront. Ce sera mieux pour tout le monde. L’élaboration des politiques populistes n’a pas exactement de bons résultats. « 

USA, bientôt une crise du fonctionnement ?

26 mars 2020 Catégorie :Uncategorized Off

Certains sites Web du gouvernement ne fonctionnent pas en raison de la fermeture partielle et encore plus ont été rendus précaires, exposant potentiellement les données des personnes qui visitent les sites. Le site du septième circuit de la Cour d’appel des États-Unis, un district de la cour d’appel qui s’étend sur le Wisconsin, l’Illinois et l’Indiana, semblait indisponible avant de réapparaître via une connexion non sécurisée. Les sites de la NASA et du ministère de la Justice étaient également inaccessibles sur un navigateur Chrome en raison de connexions non sécurisées. Blake Montgomery Le problème provient d’un échec de renouvellement des certificats TLS (Transport Layer Security) des sites, selon Netcraft, qui surveille l’activité TLS. En termes simples, un certificat TLS authentifie un site Web sur votre navigateur et garantit que les gens ne peuvent pas espionner les informations que vous envoyez au site. Le renouvellement manqué a touché plus de 80 sites gouvernementaux, a rapporté Netcraft. La plupart des navigateurs modernes masquent la possibilité de continuer vers un site sur une connexion non sécurisée, mais certains sites gouvernementaux auraient été configurés pour le permettre. Le gouvernement fédéral a été partiellement fermé depuis le 22 décembre en raison d’une impasse entre le président Trump et les démocrates de la Chambre au sujet de ses demandes de milliards de dollars pour un mur frontalier américain au Mexique. Des centaines de milliers de fonctionnaires fédéraux, y compris du personnel des technologies de l’information, ont été mis en congé à la suite de la fermeture et, vendredi, ne reçoivent pas leur chèque de paie. La Cour d’appel, la NASA et le DOJ n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.