Home> cuisine

cuisine Archive

Nutrition: réduire l’obésité

5 septembre 2018 Catégorie :cuisine Off

Les choix alimentaires et nutritionnels d’une mère avant et pendant la grossesse peuvent grandement contribuer à la santé future de ses enfants. Les femmes qui adoptent un mode de vie sain délivrent des enfants présentant moins de malformations congénitales et de problèmes de santé chroniques. Alors, qu’est-ce qui rend un mode de vie « sain »? Pour les femmes enceintes, les principales habitudes consistent à manger une variété d’aliments, à assurer un apport adéquat en vitamines et en minéraux, à prendre une quantité appropriée de poids, à participer régulièrement à des activités physiques et à éviter les substances nocives.  Une fois que le bébé est arrivé, il est important que les nouveau-nés reçoivent une nutrition optimale dès le début. Des études ont montré que l’allaitement au sein présente de nombreux avantages pour le bébé et pour la mère – en termes de bénéfices pour la santé et d’économies financières. En plus de manger dès la naissance, il est important de développer des habitudes d’activité physique dès le plus jeune âge. Les jeunes enfants actifs sont mieux préparés à vivre que ceux qui passent une enfance sédentaire devant une télévision ou un jeu vidéo écran.   Bien manger pendant la grossesse  Les futures mamans ont besoin d’une variété d’aliments provenant de tous les groupes alimentaires MyPlate pour obtenir la nutrition nécessaire à une grossesse en santé. Les femmes enceintes ont besoin d’une alimentation équilibrée comprenant des grains entiers, des fruits, des légumes, des protéines maigres, des produits laitiers faibles en gras et des graisses saines. Le groupe de produits laitiers MyPlate comprend des options pour ceux qui ne tolèrent pas le lactose ou qui préfèrent des alternatives non laitières. Votre médecin ou votre nutritionniste diététiste agréé peut vous recommander un supplément prénatal de multivitamines / minéraux pour vous assurer de recevoir suffisamment de fer, d’acide folique et d’autres nutriments.   Les pratiques alimentaires sûres sont également importantes, car les femmes enceintes courent un risque plus élevé d’intoxication alimentaire.   Un gain de poids sain pendant la grossesse  Bien que la grossesse ne soit pas le moment de perdre du poids, les femmes ne devraient pas utiliser leur ventre en expansion comme excuse pour manger plus que nécessaire. La quantité de nourriture dont une femme a besoin pendant la grossesse dépend d’un certain nombre de facteurs, dont l’indice de masse corporelle ou l’IMC, avant la grossesse, taux auquel elle gagne du poids, de l’âge et de l’appétit.   Beaucoup de femmes commencent une grossesse en surpoids ou obèses; beaucoup prennent plus de poids que ce qui est sain pendant leur grossesse. La recherche montre que le risque de problèmes pendant la grossesse et l’accouchement est le plus faible lorsque la prise de poids est maintenue dans une fourchette saine. L’obésité pendant la grossesse augmente les risques pour la mère et l’enfant. Les femmes devraient être familiarisées avec les directives de prise de poids pendant la grossesse et devraient également discuter avec leur professionnel de la santé du meilleur taux de gain de poids pour elles. Si nécessaire, un nutritionniste diététiste agréé peut fournir une aide personnalisée pour répondre aux besoins nutritionnels en apportant une quantité de calories appropriée, en fonction de son style de vie et de ses préférences alimentaires.   Avantages de l’allaitement maternel  Pour une nutrition optimale de votre nourrisson, l’Académie de nutrition et de diététique recommande d’allaiter exclusivement pendant les six premiers mois afin d’assurer une protection optimale de la nutrition et de la santé, et de continuer à allaiter avec l’ajout de aliments complémentaires de 6 mois jusqu’à au moins 12 mois.   En plus de fournir la meilleure nutrition, l’allaitement réduit les risques d’infection de l’oreille, de maladies respiratoires, d’infections gastro-intestinales et, éventuellement, de mort subite du nourrisson et d’obésité. L’allaitement maternel offre également des avantages à la mère, notamment en aidant à perdre du poids après l’accouchement et en réduisant les risques de cancer du sein et éventuellement de cancer de l’ovaire. A lire en détail sur Cours de cuisine

Cohésion et cuisine

23 décembre 2011 Catégorie :cuisine Off

Ma boite arrange un cours de cuisine. La raison de ce cours est de renforcer l’union des collaborateurs. Ces animations préparées par des agences incentive sont beaucoups réalisées dans les boites. Le cours de cuisine est ludique. Le cours est fait en plusieus groupes de participants. Cette distribution permet de renforcer l’unité du groupe. Durant trois heures les présents composent des plats qui seront ensuite dégustés par un professionnel. Le groupe qui dispose du meilleur plat est vainqueur. Le groupe est très content de collaborer à cette activité. Les assiettes ont par après été mangés par les présents pour profiter de la journée. Le travail de l’agence évènementielle est crucial pour identifier le cuistot pour notre entreprise. L’union collective est la catégorier et la magnitude des corrélations sociales qui existent entre les membres d’une société. Cette notion est usité pour signifier la force de la correspondance du groupe. Le niveau de cohésion collective soutient les développements des associations. Les liaisons sociales sont conçues de manière favorable par les particuliers structurant cette organisation. La connexion est déterminée également par l’intelligence collégiale. L’intelligence collective précise les habiletés perspicaces d’une convention procédant des réactions hétérogènes entre tous les membres. Les agences séminaire sont spécialisées dans l’amplification de cette faculté communautaire.

, ,

Molécule en cuisine

4 novembre 2011 Catégorie :cuisine Off

La gastronomie moléculaire est la recherche et perception des phénomènes qui surviennent lors des modifications gastronomiques. La gastronomie moléculaire est maintenant captivante et identifiée comme une manière de cuisson. Méthode à la mode pour certains, tendance de fonds pour les autres, la préparation moléculaire n’en reste pas moins une authentique discipline scientifique. Pour Hervé This, physico-chimiste qui est l’un des fondateurs de la cuisine moléculaire, la taille moléculaire assure de mieux modéliser les attitudes chimiques propres de la gastronomie, particulièrement dans les émulsions, les cuissons à cœur, les effets tensio-actifs…

Le nom de la technique provient de l’entrevue de Nicholas Kurti et de Hervé This qui ont admis qu’un domaine scientifique pouvait rapidement être déterminé, non pas dans l’étude des ingrédients, mais, plus spécifiquement, dans l’étude scientifique des pratiques de cuisine. L’un et l’autre ayant procédé à des études sur les technicités physico-chimiques mis en pratique par les manières empiriques de la gastronomie, ils concourent à partir de 1985, et leur collaboration positive ne devait prendre fin qu’avec la disparition de Kurti en 1998, à l’âge de 90 ans.

Le terme « gastronomie moléculaire » invoque à la biologie moléculaire: en 1934, Warren Weaver, alors directeur des National Institute of Health, avait proposé cette nomenclature pour nommer cette nouvelle pratique de la biologie où l’on présentait des méthodes chimiques et physiques. Pour la gastronomie moléculaire, l’objet est la même : initialement, le moteur de la technique correspondait à l’introduction en cuisine de méthodes tirées de la chimie et de la physique.

De nombreux grands restaurateurs s’inspirent des travaux de la cuisine moléculaire, parmi eux, Pierre Gagnaire, Thierry Marx ou Marc Veyrat. La gastronomie moléculaire s’est répandue dans les cuisines. Vous pouvez aujourd’hui réaliser des cours de cuisine moléculaire avec quelqu’uns des grands de la discipline.

,