Home> Blog Archives

Blog Archives

Conference travail et liberté de Milan

23 novembre 2015 Catégorie :news Off

Dès lors qu’il est question de libre marché, il ne manque jamais de tartuffes en tout genre pour le diffamer : d’après ces intellectuels qui ont souvent une particule à leur nom, le libre marché porterait atteinte aux prolétariens. Et comme ils seraient profondément humanistes, cela expliquerait leur haine viscérale pour le libre marché. « Si l’on combat le libre marché, c’est parce qu’il est abject avec nos camarades de la plèbe… ». Et à leurs yeux, les pays défavorisés seraient dévastés par la supposée dictature du libre marché et la condition des plus faibles serait complètement démolie par ce dernier. Cette pensée m’a toujours paru fallacieuse, et dans le cadre d’un congrès à Milan, avant-hier, un intervenant a condamné par le menu cette façon de penser. Une démonstration qui a été comme une douce musique à mes oreilles. Car en réalité, on ne saurait trouver une déclaration plus écartée de la vérité : les individus des pays en développement supportent dans la majorité des cas une insuffisance de libre marché. Et ce n’est pas un hasard si les plus pauvres de par le monde résident fréquemment là où les pouvoirs s’évertuent à leur retirer le droit de régir leur vie comme ils le veulent : après tout, entraver le libre marché a comme conséquence directe d’entraver la liberté… Le libre marché est donc en toute logique jugulé, voire supprimé, dans des régimes autoritaires tels que Cuba. Un pouvoir qui n’autorise pas sa population à jouir du droit de voter ne permettra sûrement pas à celle-ci de faire ses propres choix avec le libre marché. Dans ce congrès à Milan, l’intervenant a même poussé plus loin sa démonstration, en signalant que le libre marché était en réalité bénéfique pour les plus défavorisés. Dans le cadre du libre marché, les plus pauvres à travers le monde consacrent en effet à l’heure actuelle une part bien plus faible de leurs budgets à se nourrir que par le passé. Car dans les pays du tiers monde qui ont choisi le libre marché et l’ouverture des frontières à l’importation de produits, les individus bénéficient d’un choix plus conséquent pour les produits, mais aussi à des prix nettement inférieurs. Suivez le lien pour télécharger tous les documents de conseils de ce séminaire en Italie.

, ,

Grande conférence catholique annulée

23 novembre 2015 Catégorie :news Off

Suite à la décision du Conseil national de sécurité de maintenir à 4 le niveau d’alerte, Emmanuel Cornu, le président des Grandes conférences catholiques, a pris la décision de reporter à une date ultérieure la conférence qui devait avoir lieu ce lundi 23 novembre à Bruxelles. Elle devait réunir Bertrand Piccard, initiateur et pilote du « Solar Impulse » et Jean-Pierre Clamadieu, président du comité exécutif de Solvay, entreprise partenaire du projet. Les Grandes conférences catholiques existent depuis 1931. C’est la première fois, depuis leur création, que les responsables doivent annuler une conférence. La rencontre entre MM. Piccard et Clamadieu aura lieu dès qu’une nouvelle date aura pu être trouvée entre les orateurs.

,

Une conférence pour la Cop21

23 novembre 2015 Catégorie :news Off

« Cop 21, Mieux comprendre pour agir », c’est le thème de la conférence organisée ce lundi 23 novembre, à 20 h 30, à Ancenis. Originaire d’Ancenis, Benoît Lebot, directeur de l’Ipeec (Partenariat international pour la coopération sur l’efficacité énergétique) qui coordonne le plan d’action du G20 sur l’efficacité énergétique, animera la conférence « Cop 21, Mieux comprendre pour agir », ce lundi 23 novembre, à 20 h 30, à la salle du Bois-Jauni, à Ancenis. Une conférence organisée par un collectif associatif d’Ancenis dans le cadre des Semaines de la solidarité internationale, un événement coordonné par la Maison des citoyens du monde de Loire-Atlantique. Benoît Lebot qui également a travaillé comme conseiller technique sur l’énergie, l’environnement et le changement climatique au programme des nations unies pour le développement et à l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie en France) parlera du changement climatique. « Comprendre l’effet de serre, son renforcement par les émissions issues de la combustion des énergies fossiles et de la déforestation, connaître les impacts actuels et à venir du changement climatique sont autant de clés pour adapter nos modes de production et consommation », explique-t-il.

,