Home> Blog Archives

Blog Archives

Un tiers des 13-14 ans confrontés à la pornographie

11 avril 2017 Catégorie :Uncategorized Off

En quelques années, l’accès des plus jeunes aux vidéos réservées aux adultes sur Internet est devenu un phénomène de masse. Un enfant sur sept a vu son premier film X à 11-12 ans, voire plus jeune, selon un sondage que dévoile Le Figaro. Un mineur sur trois a fait cette expérience à l’âge de 13 ou 14 ans, indique également cette enquête réalisée pour l’Observatoire de la parentalité & de l’éducation numérique (Open) par l’Ifop et qui a été réalisée directement auprès des adolescents, et non de leurs parents. Ce rajeunissement s’accompagne d’une hausse notable de la fréquentation des sites pornographiques. La moitié des adolescents de 15 à 17 ans (51 %) indiquent avoir déjà surfé sur ces sites en 2017 contre 37 % en 2013, soit un bond de 14 %. Autre phénomène, le nombre de filles ayant accédé à ce type de vidéos a explosé en trois ans. 37 % des adolescentes ont surfé sur un site pornographique début 2017, contre 18 % fin 2013. Psychologue en cabinet, Marion Haza est également maître de conférences à l’université de Poitiers et chercheuse au sein de l’Arcad, une association de recherche clinique sur l’adolescence. Marion HAZA. – Oui, il y a un phénomène de rajeunissement de l’accès à ces films car il y a plus d’écrans dans les familles et, dès le plus jeune âge, les enfants ont accès aux téléphones portables de leurs parents. Sur des plateformes comme YouTube, le visionnage de dessins animés peut les mener de fil en aiguille à des images qui ne sont pas faites pour eux. Depuis deux ans, je reçois des demandes de consultations pour des troubles liés à du visionnage accidentel de films.

Découverte des vignes de Bandol

6 avril 2017 Catégorie :business Off

Il est juste de dire qu’aucun vin ne ressemble aux vins rouges de Bandol. Des parentéaisons superficielles, peut-être, sont faciles à trouver. Châteauneuf-du-Pape et Bandol, par exemple, peuvent irradier un sentiment de puissance méditerranéenne, mais leurs caractères diffèrent autant que leurs raisins dominants. Le grenache de Châteauneuf, surtout aujourd’hui, tend à offrir une force plus luxueuse, plus opulente et plus bruyante, tandis que la force de la mourvèdre de Bandol tend à être plus poignante et plus retenue. Bandol est également plus structuré et tannique, une qualité qui provient de composés chimiques dans les peaux, les graines et les tiges de raisin qui provoque un séchage, une astringence légèrement amère. Les tanins féroces de Bandol peuvent rappeler la structure aussi défigurante d’un jeune Barolo, de même qu’une qualité de réglisse dans ses saveurs, mais toute similitude se termine là-bas. Mourvèdre de Bandol a une qualité plus large et plus ensoleillée qui parle de la Provence, alors que le nébbiolo à haute tonne de Barolo peut être de nulle part ailleurs que dans la région piémontaise du nord-ouest de l’Italie. Les comparaisons et la contemplation viennent naturellement en buvant un bon vin. Pourquoi gagne-t-il tel quel? D’où vient-il, et comment reflète-t-il cet endroit et ses habitants? Personne ne connaît les réponses à ces questions sur Bandol, à moins que cette personne n’ait grandi dans un vignoble en terrasses sur une colline en Provence. Mais avec une exposition continue à toutes sortes de vins, nous pouvons commencer à faire des suppositions éduquées. Non à des fins concurrentielles – comme le sport d’identification des vins aveugles, qui semble s’avérer grand dans la mythologie de la consommation de vin – mais simplement pour approfondir le plaisir de profiter d’un verre. Bienvenue à Wine School, où l’exploration commence à la table, avec de la nourriture, des amis ou de la famille et quelques bonnes bouteilles. Il n’y a pas beaucoup de bagages, mais les endroits que vous pourriez visiter peuvent être merveilleux. Les dernières semaines, nous avons bu Bandol, qui provient d’une petite appellation dans les collines au-dessus du port méditerranéen du même nom, et peut-être mieux connu pour ses rosés. Comme d’habitude, j’ai suggéré trois bons exemples: le Château de Pibarnon 2011, le Domaine du Gros’Noré 2012 et La Bastide Blanche 2013. Idéalement, à des fins de comparaison, ces vins auraient été du même millésime et ce millésime aurait été de 10 à 15 ans, permettant à la structure tannique caractéristique de mourvèdre de ramollir et de libérer le potentiel complexe de ces vins. Pour en savoir plus, je vous recommande le site spécialiste du vin Cours d’Oenologie.