Home > aviation > A réaction!

A réaction!

Posted on 1 février 2018 | Commentaires fermés

Lors d’un meeting aérien il y a quelques mois, j’ai eu une surprise de taille. Alors que j’étais dans la foule, attendant que les Alpha Jet entrent en scène, je me suis mis à discuter aviation avec un autre spectateur. Comme chaque personne qui était présente, je rêvais de monter un jour à bord d’un de ces appareils. Mais l’homme avec qui je discutais m’a non seulement appris que c’était en réalité possible, mais qu’il avait lui-même effectué un vol à bord d’un avion de chasse ! De retour chez moi, je suis directement allé sur le site web dont il m’avait donné l’adresse. Et oui, il n’avait pas menti : les civils pouvaient effectuer un vol à bord d’un Fouga Magister (l’avion de chasse de la Patrouille de France, avant qu’il ne soit remplacé par l’Alpha Jet). Et ce n’était pas même lointain : ça se passait sur Paris ! Le prix n’étant, comme vous pouvez l’imaginer, pas donné, j’ai hésité pendant plusieurs semaines, mais me suis finalement lancé. D’une part, j’avais déjà économisé la somme pour passer le brevet de pilote un jour. D’autre part, un vol tranquille était loin de m’intéresser autant qu’un vol en avion de chasse, où je pourrais ressentir les G et la haute voltige ! Alors, comment raconter cette expérience ? Comment décrire la peur et l’excitation qui montent tandis que vous enfilez votre combinaison, prenez en main le casque qui va vous accompagner en vol ? Comment expliquer à quel point cette excitation monte encore lors du briefing ? Et ce qu’on ressent lorsqu’on se retrouve enfin de l’autre côté de la barrière, à faire le tour de l’appareil avec le pilote ? Comment décrire à quel point votre ventre est noué ? Vous avez demandé au pilote à ce qu’il ne vous ménage pas, et qu’il peut vous faire la totale. Mais lorsque vous vous retrouvez dans le cockpit, face à la piste, vous vous demandez si vous avez eu raison… Un vol de ce type nécessite un certificat médical. Et on comprend pourquoi dès le décollage. Si vous avez déjà pris un avion de ligne, oubliez toute comparaison : autant comparer une voiture Majorette à une Ferrari en pleine course. Si les avions de ligne vous font ressentir une curieuse impression lorsqu’ils quittent la piste, on est ici plaqué à son fauteuil par la vitesse. Quant aux acrobaties aériennes qui viennent ensuite, je préfère ne pas en parler. C’était magique, magnifique, improbable. Je ne dirai pas que j’ai failli tourner de l’oeil… et je répondais vaillamment au pilote, qui s’assurait après chaque figure que j’étais encore là… mais il a bien dû sentir, au son de ma voix, que je n’étais plus aussi fringant qu’au départ. Je crois même qu’il a adouci sa conduite pour me laisser reprendre ma respiration… J’ai sans doute eu les yeux plus gros que le ventre en demandant le maximum. Mais, même si j’étais légèrement pâle à la sortie de l’appareil, je ne regretterai jamais une telle expérience. Ce n’est pas quelque chose qu’on vit tous les jours ! Pour en savoir plus, allez sur le site du baptême en avion de chasse L39.

Comments are closed.