Home > Uncategorized > La Turquie perd le jeu économique

La Turquie perd le jeu économique

Posted on 21 janvier 2020 | Commentaires fermés

Le calme persiste à Hasan Gormez alors qu’il sirote un thé noir turc devant un café à Yeniceabat, un hameau à environ deux heures de route au sud d’Istanbul. «À l’époque, le café du village était rempli d’agriculteurs heureux qui plaisantaient», explique Gormez, 48 ans, qui travaille 30 acres dont il a hérité de sa famille. « Maintenant, tout le monde ici est bouleversé par l’économie, et nos enfants sont partis. »

La «Nouvelle Turquie» que le président Recep Tayyip Erdogan a vantée avant les élections locales du 31 mars est une nation enhardie par son poids économique, même si une récession a interrompu l’expansion qui s’était poursuivie presque sans interruption depuis fin 2009. Pourtant, par En associant le développement aux dépenses de consommation et aux projets d’infrastructures urbaines, Erdogan a également accéléré l’un des plus grands changements démographiques de l’histoire turque moderne, délogeant 2 millions de personnes des emplois agricoles pour chercher du travail dans les grandes villes.

La part de la main-d’œuvre employée dans l’agriculture a presque diminué de moitié, à 15%, au cours des 16 années au pouvoir, et une zone de la taille de la Hollande a été retirée de la culture. Alors que les villages se sont vidés, l’autosuffisance de la Turquie a flétri. Le dernier indice mondial de la sécurité alimentaire de l’Economist Intelligence Unit le classe au 48e rang sur 113 pays, derrière l’Arabie saoudite, le Qatar et les autres États du désert.

Erdogan a fait ses débuts politiques dans les années 1990 en tant que maire de la plaque tournante commerciale de la Turquie, Istanbul, séminaire entreprise et a construit sa base parmi les citadins de la classe ouvrière en développant les infrastructures et en étendant le soutien social. Pourtant, même les centres urbains de Turquie sont apparus comme des champs de bataille lors des élections locales, le premier test du président aux urnes depuis qu’il a assumé des pouvoirs exécutifs considérablement étendus l’année dernière. Le chef de file de longue date a fait basculer les électeurs à sa manière à l’approche du jour du scrutin, mais cette fois, les Turcs votent avec une économie en baisse, des emplois disparaissant et des prix des denrées alimentaires en hausse.

Erdogan exerce toujours une immense influence dans la campagne, où les gens ont embrassé ses tentatives de briser avec l’histoire récente plus laïque du pays et le retour à un gouvernement imprégné de l’islam. Mais les vents politiques commencent également à bouger là-bas. Autrefois une puissance agricole, la Turquie est devenue dépendante d’importations alimentaires moins chères au fil des ans, rendant l’agriculture moins rentable et augmentant le nombre d’exilés des villages. Cela n’a pas semblé avoir beaucoup d’importance jusqu’à l’été dernier, lorsque l’effondrement de la livre a rendu ces importations de plus en plus chères, faisant monter l’inflation alimentaire au rythme le plus rapide depuis au moins 2004. Un fermier et ancien électeur fidèle de l’AKP, Erdinc Sari, 46 ans, dit que c’est le temps de changer. Le prix des aliments pour animaux a plus que doublé en trois ans. Le gouvernement fournit 1 500 lires (280 $) de soutien annuel, à peine assez pour couvrir 10% de ce qu’il dépense uniquement en engrais. «J’ai deux enfants: un fils, une fille», dit-il. « Je ne veux pas qu’ils deviennent des agriculteurs comme leur père. »

La réponse d’Erdogan à la hausse des prix a été de se détourner du marché libre pour interventions dirigées par l’État. La police municipale a fait une descente dans les entrepôts et traqué les détaillants, blâmant les thésauriseurs pour les prix incontrôlables, tandis que les étals vendent des aliments subventionnés par l’État, en concurrence directe avec les détaillants privés. Le gouvernement a également tenté de soutenir la lire, en faisant pression sur les banques pour qu’elles ne facilitent pas les paris contre la devise des gestionnaires de fonds étrangers.

La répression des forces de l’ordre a suffi à ralentir l’élan à la hausse des prix des denrées alimentaires en février. Mais l’inflation alimentaire atteint plus du double des prévisions de fin de semaine de la banque centrale. Les emplois dans les services et la construction qui ont transformé des millions de villageois en citadins disparaissent également rapidement. Le chômage a bondi pendant huit mois consécutifs jusqu’en décembre, atteignant 13,5%, son plus haut niveau depuis 2009.

Chaque semaine depuis qu’il a perdu son emploi il y a six mois, Muharrem Cinar, 51 ans, a rendu visite à l’agence pour l’emploi gérée par le gouvernement à Ankara. Déçu à chaque fois, il a été obligé d’emprunter massivement à ses amis et à sa famille pour payer pour l’éducation de ses enfants. « Je n’ai jamais été au chômage aussi longtemps dans ma vie », dit-il. « Je n’ai même pas d’argent pour acheter du pain. »

Mais ce sont les plus jeunes Turcs qui ont été les plus piqués. Un quart des personnes âgées de 15 à 24 ans ont besoin d’un emploi. Rabia Akman, 24 ans, infirmière avec quatre ans d’expérience, est également au chômage depuis six mois. «Je ne veux pas dire que je n’ai aucun espoir pour l’avenir», dit-elle. « Mais j’ai peur. »

Comments are closed.