Conférence de Malte sur l’innovation

30 avril 2015 Category :destinations Off

Lors d’un séminaire à Malte auquel j’ai participé le mois dernier, j’ai assisté à une conférence très intéressante sur l’innovation. Celle-ci a mis en évidence combien les innovations sont généralement mal perçues. Il faut dire qu’elles causent presque toujours des tremblements de terre économiques, et prennent d’une certaine manière à Pierre pour habiller Paul. Un intervenant nous a fait une démonstration pour montrer cette particularité du progrès. Il s’est appuyé sur un objet du quotidien : le smartphone. Un appareil qui mélange un téléphone, une discothèque, un appareil photo et un ordinateur. Le tout, dans un objet qui prend moins de place, propose de meilleures performances, ne requiert pas autant d’assemblage et beaucoup moins de matières premières. En résumé : un rêve pour l’utilisateur… et un désastre pour bon nombre d’entreprises. Producteurs de disques vinyles et de CD, agences postales, fabricants de polaroid ou de calculettes, nombreux sont les acteurs qui ont souffert de son apparition. Seulement, le plus important reste qu’il nous a permis de gagner en confort de vie en éclipsant tous ces appareils. Des appareils qui avaient eux aussi détruit des secteurs à leur apparition. C’est là tout le paradoxe de l’innovation. Les innovations instaurent un renforcement du niveau de vie mais mettent certaines industries à genoux, provoquant leur déclin (voire leur anéantissement). L’augmentation de la richesse n’est discernable qu’à long terme ; mais à court terme, ce sont principalement les conséquences nuisibles qui apparaissent et qui ressortent dans les médias : des employés lésés des industries perdantes qui perdent leur emploi. Ceux qui perdent cette lutte concurrentielle sont ceux qui parlent le plus fort, et réprouvent en toute logique ces nouveautés. C’est ce qui explique que le progrès, en dépit de son utilité indubitable (essayez de lire ça à voix haute, pour voir), est généralement ressenti comme une agression, voire une régression. Voilà ce que m’a appris ce séminaire à Malte (en plus du fait qu’il faut prendre de la crème solaire, quelle que soit l’époque où l’on s’y rend) : la destruction va de pair avec l’innovation. Cette dernière crée de nouveaux emplois mais amène aussi à ce que d’autres disparaissent. Si nous n’acceptions pas ce principe, nous en serions toujours à nous chauffer au charbon pour que les mineurs ne perdent pas leur emploi. En toute logique, il est donc inutile d’aider les industries en difficulté, car certaines sont naturellement vouées à disparaître. Et l’argent injecté dans ces grands corps malades ne fait que prolonger (inutilement) leur agonie, alors qu’il aurait pu servir à développer les secteurs de demain. En somme, les aides gouvernementales paralysent le processus naturel de destruction/création, affaiblissant l’industrie en général et notre capacité à innover. Je vous livre le lien vers l’organisateur de ce séminaire à Malte – suivez le lien.

Séminaire sur la croissance de la France

30 avril 2015 Category :news Off

Jusqu’à présent, la France trottinait sur ce petit chemin qui ne sent pas la noisette mais plutôt un collectivisme de plus en plus rance. Ces derniers jours, elle a dégoté une bicyclette abandonnée sur le bas-côté, l’a imprudemment enfourchée, et dévale maintenant la pente raide qui s’offre à elle, en gagnant de la vitesse. Seul souci : le vélo n’a plus de freins. La trajectoire prise par le pays est réellement inquiétante.

Et cette trajectoire inquiétante tient à trois facteurs aggravants.

1- Les Français désirent ardemment cette trajectoire

Le premier, c’est que, selon toute vraisemblance, les Français veulent être espionnés. Difficile d’oublier en effet qu’ils ont clairement choisi le pouvoir en place qui n’est pas arrivé là par hasard. Manuel Valls, François Hollande et la majorité parlementaire ne sont pas tombés du ciel et ont, bel et bien, été élus par un peuple manifestement très heureux de les voir poser leurs fesses dans les moelleux fauteuils républicains. Or, tout comme la droite précédente qui n’avait pas molli lorsqu’il s’agissait d’enquiller les lois sécuritaires, on pouvait s’attendre à la même envie gourmande de législations invasives de la part de la gauche, qui n’a jamais été en retard sur ce plan-là.

En outre, lorsqu’on demande aux Français s’ils sont spécifiquement favorables à ces restrictions de libertés au profit d’une sécurité publicitaire, ils répondent très majoritairement par l’affirmative. Écartons ici bien vite l’idée que ce sondage aurait été bidonné afin d’orienter l’opinion sur le mode « Si la majorité est d’accord, alors qui suis-je, moi, individu perdu au milieu de la masse, pour lui donner tort ? »

En fait, les résultats détaillés de ce sondage sont malheureusement très cohérent avec ce qu’on sait des citoyens français, biberonnés au Tout État, largement d’accord depuis quelques décennies avec la mise en coupe réglée de leurs libertés, et ce, d’autant plus qu’ils sont âgés : alors que près de la moitié des 18-24 ans sont opposés à voir leurs libertés rognées, les 65 ans et plus y sont très massivement favorables (à 76%). Autrement dit, la gauche socialiste, devenue conservatrice à mesure que son électorat vieillissait, joue sur du velours : les socialistes et sympathisants du PS sont 68% à approuver la limitation des libertés individuelles sur Internet. On retrouve une proportion similaire (69%) pour les militants et proches du FN, ce qui est tout sauf un hasard (et en contradiction avec certains de ses leaders, au passage).

Autrement dit, la France n’a pas du tout pris une direction aléatoire, et probablement parce que son peuple est composé (pour une grande quantité) de personnes qui ont l’intime conviction (fausse) que ceux qui seront espionnés seront les autres, tout comme elles ont cru que les riches, c’étaient les autres, et que les augmentations d’impôts seraient pour les autres. Et comme pour les impôts, ces personnes se rendront compte, bien trop tard, que les autres, … c’est eux.

2- Ces mesures rendent parfaitement possible une dictature totalitaire

D’autre part, on est en train de mettre en place une série de mesures, toutes plus liberticides et/ou collectivistes les unes que les autres, dans une bonhommie consternante et une absence assez effarante de recul historique. Ces lois offrent véritablement un boulevard à tous ceux qui voudraient, le pouvoir en main, les utiliser à des fins néfastes. Notez que ce n’est pas moi, humble scribouillard, qui le dit, mais plusieurs anciens magistrats antiterroristes, c’est-à-dire des personnes qui ont été directement confrontées à des enquêtes sur des cellules terroristes, sur des attentats commis contre des Français, comme Alain Marsaud ou, plus récemment, le juge Marc Trevidic.

Séminaire sur le made in France

3 mars 2015 Category :news Off

Depuis près de trois ans, le Made in France, porté par l’ex-ministre de l’Économie Arnaud Montebourg, fait l’objet de nombreuses interrogations et problématiques. Mais quelle est la place du Made in France dans une production et une économie mondialisée ? Et surtout quel peut être son avenir ? Cette notion ne date pas d’hier. Elle se traduit aujourd’hui par des labels, mais elle existe dans l’inconscient collectif depuis des siècles, grâce aux savoir-faire acquis au fil du temps. La France est à l’avant-garde de nombreuses créations. Je pense que nous devons être fiers de notre pays et de notre patrimoine. Aujourd’hui, nous prenons conscience de la valeur du Made in France car il semble être en péril à cause de la mondialisation. Les artisans, entrepreneurs, citoyens ainsi que le gouvernement doivent préserver et faire vivre ce savoir-faire. Les premiers critères de choix qui viennent à l’esprit des consommateurs au moment de l’acte d’achat sont la qualité et le prix. Le pays de fabrication, lui, n’arrive qu’après. Seulement 15% de la population française le considèrent comme une donnée prépondérante. C’est là tout le paradoxe du Made in France car parallèlement, 56% affirment qu’acheter un produit fabriqué en France, c’est soutenir l’industrie française et le marché de l’emploi dans le pays. Nous parlons « d’acheter français », mais le vrai défi n’est-il pas de « produire français » ? Les entreprises prenant ce parti ne sont pas assez informées, aidées, ni valorisées. J’ai l’impression que nous, entrepreneurs de PME, passons à côté des accompagnements et subventions mis en place par l’État. Et nous sommes malheureusement accablés de charges. Bien-sûr, je pourrais délocaliser ma production vers l’Inde ou la Chine, et mes coûts salariaux seraient plus faibles. Mais cela au détriment de la réactivité et d’une qualité irremplaçable. Le maintien de la créativité et du savoir-faire sont des valeurs qui me sont chères. Mais pas seulement ! Il y a aussi une dimension humaine qui rentre en jeu avec l’envie de créer des emplois. Il faut être Made in France dans sa globalité. Le Made in France s’inscrit dans la mondialisation. Pour faire perdurer nos particularités, le gouvernement et les entreprises doivent s’entraider. Le Made in France n’existera que si nous sommes solidaires. Selon moi, son avenir réside dans la mise en place d’une politique d’interaction entre les entrepreneurs, à travers un réseau solide. Le but étant de créer de réelles informations de marché que nous pourrons partager. Produire français, voilà quelque chose de méritant. C’est mettre l’esthétique au service de l’idée et la passion au service de la qualité. Comme je le dis toujours : la beauté est au business ce que le romantisme est à l’amour, chaque détail compte. J’ai l’intime conviction que le Made in France a toute sa place dans la mondialisation grâce à la traçabilité et l’authenticité de nos produits. Cela passe donc par des labels dont l’importance est primordiale. Reste encore à trouver un accord sur la part de valeur ajoutée créée sur le sol français…

Du socialisme dans l’entreprise

2 octobre 2014 Category :business Off

Le socialisme à la sauce 21ème Siècle n’est pas totalement libre de sa pensée, comme veut en témoigner l’ASE (agence séminaire entreprise) qui organise des conférences pour les entreprises sur le thème du socialisme dans l’entreprise. Quelle drôle d’idée penseront certains, sans doute à juste titre. Et pourtant, l’ASE utilise Hayek comme premier vecteur de la pensée, y compris dans l’entreprise. Economiste autrichien et philosophe politique. Hayek, né à Vienne dans une famille d’universitaires se sent attiré dans sa jeunesse par le socialisme. Il étudie l’économie et le droit à l’université de Vienne. Il s’intéresse également à la philosophie et à la psychologie théorique. Après la Première Guerre mondiale il travailla avec Ludwig Von Mises, tout d’abord dans un service officiel puis dans un institut de recherche sur les cycles commerciaux. Hayek appliqua la théorie de l’école autrichienne d’économie aux problèmes des cycles économiques. En dépit de ses désaccords partiels avec Mises il fut profondément influencé par son ouvrage critique le Socialisme. Il obtint une chaire de professeur à la London School of Economics en 1931. Hayek continua ses travaux techniques en économie pendant les années 40. Il rédigea ensuite des ouvrages de philosophie politique et de méthode des sciences sociales. Il enseigna à l’Université de Chicago de 1950 à 1962 et par la suite occupa des fonctions à l’université de Fribourg et de Salzbourg. En 1974, le prix Nobel lui fut attribué pour ses travaux en économie. Dans une série d’articles (rassemblés dans le livre Individualism and economic order, 1948) Hayek prolonge les travaux de Mises sur le calcul économique dans un système socialiste. Il estime qu’une économie dirigée centralement ne peut s’appuyer sur les connaissances implicites des individus, comme le fait une économie de marché. Les travaux de Hayek mettent en avant le rôle des connaissances dispersées et implicites et celui des marchés considérés comme des institutions qui nous aident à mobiliser ces connaissances, à surmonter l’ignorance et à apprendre au travers des essais successifs et des erreurs. On peut dire que le gouvernement actuel s’est totalement inspiré, dans le mauvais sens, des travaux de Hayek. C’est une conférence très intéressante, et qui met les choses en perspectives, notamment dans un cadre d’entreprise. Pour ceux que cela intéresse, je vous renvoie vers le site de l’ASE, qui est l’agence séminaire entreprise.

vous pouvez crier « à la chasse bordel ! »

2 octobre 2014 Category :aviation| sensations fortes Off

Vous aussi, vous pouvez crier « à la chasse bordel ! ». En effet, si vous appréciez les impressions du vol en avion de l’armée, vous adorerez vous glisser dans le métier d’un aviateur de chasse accomplissant une mission et un duel dans les airs. Voilà une animation récente et totalement insolite en France qui fût inventée par d’anciens de la chasse afin de répandre leur passion du combat aérien. Conséquences : une expérience de pilote de la chasse qui offre des grandes sensations, le tout avec une atmosphère conviviale et bon enfant. Projetez 1 longue journée, à l’aérodrome, à proximité de Bordeaux. Cette animation s’engage par un meeting, sur les aéronefs, sur le pilotage ; puisque c’est vous qui avez la main – également sur les expériences du combat dans le ciel, mais avec précision et jovialité. Vous maîtrisez l’avion, c’est ce qui fait que cette animation est parfaitement inédite. Le principe de cible laser qui déclenche un fumigène permet de mesurer le combat dans son atmosphère et de réaliser le résultat de son tir tout de suite. La fumée apporte un facteur en plus. Encore plus qu’un jeu, cette animation vous propulse dans la peau d’un pilote de la chasse. Vous réaliserez 2 missions aériennes dans la journée, avec un brief entre les deux. Vous serez agresseur et défenseur, alternativement. L’idéal est de revenir conjointement lors de cette animation, de sorte que vous-même et l’autre participant puissiez partager cette expérience. Chaque biplan est outillé de visées laser, ainsi que d’un système de fumée. Dans les airs, l’objectif reste inédite : se rapprocher de l’ennemi, faire mouche avec la cible laser, et si l’on fait mouche, le fumigène de l’ennemi se s’anime, laissant partir une belle emprunte de fumée dans les airs. Vous serez conseillé par de vrais pilotes de la chasse, un dans chaque appareil, et vous donne tous les préceptes et régie l’avion ainsi que les évolutions afin de bénéficier de cette activité de pilote de chasse en toute tranquillité. C’est réellement une expérience très fun qui vous permettra de vous glisser dans la peau d’un pilote de chasse. Suivez le lien pour en savoir plus.

Mobilisation pour les dauphins

2 octobre 2014 Category :animaux Off

Il est de plus en plus difficile de rester insensible aux efforts qui sont faits par des passionnés qui luttent pour leur cause. En France, je suis assez admiratif du travail qui est fait par une agence de voyage pour sensibiliser les populations notamment sur les massacres qui sont perpétrés contre les dauphins, et qui rejoint le mouvement Blue Voice, qui est un effort international pour mettre fin à l’abattage brutal des dauphins au Pérou et qui a été initié par BlueVoice.org. La campagne vise à lutter contre des pratiques de pêche qui visent à tuer des dauphins et les utiliser comme appât pour requin. Des vidéos du massacre des dauphins et la pêche des requins trop jeunes au large de la côte du Pérou a été obtenue par l’ ONG péruvienne Mundo Azul en coopération avec BlueVoice basée en Floride . Basé sur le calcul du nombre de bateaux de pêche et des témoignages d’infiltrés qui documentent le nombre de dauphins pris, on estime qu’entre cinq et quinze mille dauphins sont tués chaque année . Stefan Austermühle, président de Mundo Azul , a noté  » Il est illégal de tuer des dauphins en vertu de la loi péruvienne, mais il n’y a pas l’application de la loi, alors les pêcheurs tuent des dauphins en toute impunité.  » BlueVoice et Mundo Azul ont réalisé des enquêtes via des infiltrés sur la vente de la viande de dauphin et trouvé plusieurs emplacements où les ventes illégales avaient lieu. Mais le nombre était minime par rapport aux années passées, indiquant peut-être que la vente de la viande de dauphin est contrainte à la clandestinité. Il y aura des enquêtes continues sur les marchés aux poissons au cours des prochains mois et un réseau de citoyens a été formé pour signaler les violations des lois de protection des dauphins. En outre, une prime de 500 $ est offerte pour toute information menant à l’arrestation et à la condamnation de quiconque nuirait aux dauphins.  » Nous voulons que les pêcheurs savent qu’ils ne peuvent pas exercer leurs abattage et de la viande de dauphin et leur ventes sans exposition », a déclaré Hardy Jones, directeur exécutif de BlueVoice . Jones a présenté à Stefan Austermühle Le Prix Defender Dolphin en reconnaissance de son travail de documentation sur le massacre des dauphins dans la pêche au requin. Austermühle a passé 24 jours à bord d’un petit bateau de pêche péruvienne. En France, cette agence de voyage vous propose une sensibilisation en mode « pratique » puisqu’elle emmène des personnes du grand public assister à une conférence à bord d’un bateau qui va ensuite les amener à un sanctuaire marin où les participants pourront nager avec les dauphins. Autre méthode, mais celle-là laissera un souvenir impérissable. Suivez le lien pour en savoir plus, et pour soutenir cette agence de voyage.

Séminaire luxe à l’Alhambra

27 juin 2014 Category :destinations Off

On le sait l’Espagne a besoin d’argent. Et pour aider le pays, le Gouvernement a décidé d’ouvrir certains de ces monuments nationaux aux entreprises, pour y loger. C’est dans un cadre de séminaire uniquement, mais cela permet aux entreprises en quête de différence et de luxe, de pouvoir profiter de ces lieux en toute exclusivité. C’est le cas notamment de l’Alhambra, à Grenade. « Palais que les génies ont doré comme un rêve et rempli d’harmonies ». Le fougueux Victor Hugo ne mâchait pas ses mots pour décrire la splendeur de cet exceptionnel ensemble de monuments hispano-mauresques. Il faut reconnaître qu’il est difficile de rester de marbre devant « La Rouge », ainsi baptisée en hommage à la couleur de ses murailles dans le soleil couchant. Dentelles de pierre, arcades, fontaines et jardins ponctuent ces enfilades de palais et de cours tous plus beaux les uns que les autres. Le Parador, aménagé dans un couvent du XVe siècle, est situé dans l’enceinte même de l’Alhambra. Les arcades de pierre et les poutres d’origine se mêlent judicieusement à un décor plus contemporain. Le petit déjeuner, pris sur une terrasse dominant les jardins est un enchantement. Merveille architecturale, l’ensemble témoigne de la lutte sans merci qui eut lieu entre musulmans et Espagnols. Grenade fut en effet la dernière ville à être reconquise, en 1492, après 7 siècles de lutte. Sa prise marque la chute du dernier souverain musulman, Boabdil, qui dût remettre les clefs de la citadelle à Isabelle de Castille et Ferdinand II d’Aragon avant leur entrée solennelle dans la ville. Proclamés « rois catholiques » par le très puissant clergé et la dévastatrice Inquisition, les nouveaux maîtres des lieux n’eurent de cesse de détruire tout ce qui avait trait à la présence arabe sur le territoire. Vaste programme donc. Qui épargnât tout de même une partie des monuments, dont l’exceptionnel palais de Comares, que les souverains préférèrent habiter lors de leurs passages à Grenade. Pour en savoir plus, c’est sur le guide luxe.

Croissance du tourisme marocain

25 mars 2014 Category :destinations Off

L’Agence ViM se félicite du développement du tourisme au Maroc, qui progresse de plus en plus. Le tourisme au Maroc devient de plus en plus important dans l’économie nationale. En effet, le secteur touristique représente 9% du PIB et a produit 60 milliards de dirhams de recettes en 2013. Une progression de 7% a été enregistrée entre 2012 et 2013 comme le rapporte le ministre du tourisme Lahcen Haddad. Plus de 10 millions de touristes sont venues au Maroc durant l’année 2013. 20 000 emplois ont également été créés. Le Maroc s’attaque désormais à de nouveaux marchés en Europe, pour conquérir toujours plus de nouveaux touristes. Par exemple, les roumains. Dans une interview accordée au Magazine roumain « VIP » spécialisé dans la promotion touristique, à la veille de la 31ème édition du salon « Romanian Tourism Fair » qui se tiendra du 13 au 16 mars à Bucarest, l’ambassadeur a précisé que le marché roumain est très prometteur et se classe parmi les 3 premiers marchés émetteurs de touristes vers le Maroc au départ de la zone Europe Centrale et Europe de l’Est avec 14.335 touristes roumains en 2013 ayant visité le Royaume, soit un accroissement de 15,74 pc. Mme El Achchabi dont l’interview a été réalisée par Cristian Hristea, président de l’Association roumaine des journalistes et des écrivains du tourisme, a souligné ensuite que l’office national marocain du Tourisme (ONMT) participera par l’entremise de sa délégation à Varsovie à ce salon, une manière d’affichée l’intérêt accordé par l’office au marché roumain. « Le salon est très connu en Europe de l’Est avec plus de 14 destinations représentées, 275 entreprises roumaines et étrangères et plus de 30.000 visiteurs au titre de l’année 2013″, a-t-elle relevé. L’ambassadeur a en outre, évoqué les atouts du tourisme marocain, la culture ancestrale du Royaume, son histoire séculaire et son héritage civilisationnel, soulignant également la diversité, l’authenticité et l’originalité du produit touristique marocain. « Le Maroc offre de nombreux produits allant du tourisme médical et de bien-être, au tourisme d’affaires, en passant par le tourisme culturel », a-t-elle dit. Lors du salon de Bucarest, l’ONMT mettra en place un stand devant mettre en valeur les atouts culturels du Royaume tout en renforçant le positionnement d’une destination sûre, tolérante et garantissant un dépaysement total. Source : ViM – Voyage Incentive au Maroc.

Offrez l’apesanteur

25 mars 2014 Category :aviation Off

A la recherche d’une idée réellement originale pour remercier vos salariés ou meilleurs vendeurs : offrez leur l’apesanteur. C’est une expérience unique, et finalement peu chère pour offrir l’extraordinaire. Sachez d’ailleurs que cela coûte moins cher à faire aux USA qu’en France, voyage compris ! L’impesanteur est l’état d’un corps tel que l’ensemble des forces gravitationnelles et inertielles auxquelles il est soumis possède une résultante et un moment résultant nuls. L’impesanteur (ou : apesanteur) est donc le phénomène ressenti en l’absence de pesanteur. Le vol parabolique est un moyen de créer une situation de micropesanteur pendant une vingtaine de secondes. C’est un moyen relativement moins coûteux que les autres et permettant l’utilisation de matériel de laboratoire. En outre, il permet d’embarquer les expérimentateurs avec leurs expériences, ce qui est impossible en tour de chute ou dans les stations orbitales par exemple. Les inconvénients sont la faible durée, la qualité (0,01 g d’accélération résiduelle). Pour le vol parabolique, on parle de situation de micropesanteur. Lors de l’expérience, l’avion spécialement aménagé pour effectuer ces paraboles réalisera les évolutions suivantes en 15 paraboles : La première pour atteindre la pesanteur de Mars (1/3 de gravité) : vous pouvez faire des pompes sur une main, sur le bout des doigts… La deuxième pour atteindre la pesanteur de la lune (1/6 de gravité) : vous allez décollez si vous sautez… Puis 12 paraboles en gravité zéro : vous flottez dans l’air… Lors de votre expérience de vol en apesanteur, il vous sera proposé plusieurs petits jeux qui vous transporterons dans l’univers de la conquête spatiale. Par exemple: avaler des M&Ms alors qu’ils flottent en cabine, ou gober des gouttelettes d’eau qui flottent dans les airs… Il existe de multiples dates pour faire ces vols, et de multiples points d’envols, ce qui permet également de faire autre chose sur place. Le principe du vol parabolique est de reproduire une trajectoire la plus proche possible de la parabole décrite par un objet lancé à la vitesse de l’avion, afin que les expériences situées à l’intérieur de l’avion soient en état de micropesanteur. Il faut un pilotage fin qui nécessite deux pilotes, l’un agissant sur le tangage (pilotage de l’assiette) tandis que le second maintient l’inclinaison nulle (axe de roulis). C’est un moyen relativement moins coûteux que les autres et permettant l’utilisation de matériel de laboratoire. En outre, il permet d’embarquer les expérimentateurs avec leurs expériences, ce qui est impossible en tour de chute ou dans les stations orbitales par exemple. Pour en savoir plus : Vol en apesanteur.

Incentive et un mieux économique ?

25 mars 2014 Category :business Off

Comment se porte l’économie française ? Pas tout à fait comme l’on voudrait, néanmoins il sembleraient que les choses s’améliorent dans certains secteurs, comme les services. D’après les chefs d’entreprise interrogés en mars 2014, le climat des affaires augmente légèrement dans les services. L’indicateur synthétique gagne un point par rapport au mois de février et s’établit à 93, un niveau inférieur à sa moyenne de longue période (100). L’indicateur de retournement se situe dans la zone indiquant une situation conjoncturelle neutre. Les chefs d’entreprise sont moins nombreux qu’en février à estimer que l’activité s’est dégradée sur la période récente mais leurs anticipations d’activité pour les trois prochains mois restent pessimistes. Le solde relatif aux perspectives générales, qui retrace l’appréciation des chefs d’entreprise sur l’ensemble de leur secteur, est inférieur à sa moyenne de long terme. Au moment où les politiques s’entendent à préciser que l’année 2013 sera dure, les compagnies et réseaux commerciaux recherchent des astuces percutants de défendre leur performance d’affaires et incidemment, de le consolider. La stimulation commerciale est l’un de ces dispositifs. La promotion est percutante dès lors que certains principes adéquats sont présents : une action, une effusion, des objectifs clairs amplement par les adhérents, et tirer parti de plusieurs voyages. L’objectif reste de toute évidence l’avancement du chiffre d’affaires. Le challenge des forces commerciales autorise d’augmenter le chiffre d’affaires. Les buts sont communément indiqués comme une amélioration de ventes. La stimulation des commerciaux consent de susciter ses ressources humaines. Celui-ci n’est pas structemenet en poursuite de bénéfice dans le but d’accomplir un cadeau, néanmoins requiert d’être valorisé. La diffusion d’information effectuée dans le système du challenge commercial alloue de diffuser les valeurs de de l’organisation. Le challenge des attachés commerciaux autorise d’avertir les commerciaux. Vrai moyen de stimulation pour les attachés commerciaux, l’annonce se trouve capitale lorsqu’il s’agit de d’instruire le réseau commercial. L’information offre la possibilité de disperser principes de la compagnie, mais aussi des promotions. L’instrument commercial reste une manifestation de ressources managériales dont l’ambition se vit comme le dépassement des vendeurs pour améliorer la rentabilité. J’ai testé pour mon boulot les meilleures organisations, et je peux vous conseiller de suivre le lien pour mettre sur pied votre challenge commercial.